Recensions: islam et histoire-4

Beaucoup d’études paraissent sur l’islam. Même sans aucune prétention à être exhaustifs, nous sommes bien en retard sur l’actualité de leur parution – mais l’actualité de leur contenu, elle hélas, ne faiblit pas. En voici quelques-unes :

  • Fatwas et caricatures. La stratégie de l’islamisme, Lina Murr Nehmé (septembre 2015)
  • L´islam à la lumière de la foi chrétienne, Henri de Saint-Bon (février 2016)
  • Islam et Eglise, Guy Stremsdoerfer (2013) – recension en cours de rédaction
  • Les débuts de l’islam, jalons pour une nouvelle histoire, Françoise Micheau (2012) – recension en cours de rédaction
  • Les Derniers Jours de Muhammad, Hela Ouardi (mars 2016).

_________________________________
____ Lina Murr Nehmé n’est pas une inconnue pour les lecteurs d’EEChO. En  2003, elle a publié « 1453. Chute de Constantinople. Mahomet II impose le Schisme Orthodoxe», qui traite des causes réelles du schisme entre latins et orthodoxes grecs (Francois-Xavier de Guibert, 2e éd., 2009).

____ Son dernier livre, Fatwas et caricatures. La stratégie de l’islamisme (Paris, éd. Salvator, septembre 2015), était prémonitoire par rapport aux attentats de Paris, le 13 novembre 2015. À cette date, le Français moyen découvrait le visage véritable de l’islamisme que les Orientaux connaissent bien mais que les médias officiels ne montraient qu’en partie. 

____ Ce livre de 222 pages, abondamment illustré, est fait d’analyses et d’histoire. Il s’ouvre sur la révolution islamiste iranienne (1979 – chap. 1 et 2), après laquelle la situation des chrétiens d’Orient n’a fait se détériorer d’année en année, mais ce n’en est pas simplement une suite : ont joué un rôle plus déterminant encore la fabrication des armées islamistes par les USA contre l’URSS (p.32-34), l’expansion du mouvement des Frères musulmans, d’origine égyptienne (grâce aux soutiens saoudiens et occidentaux) jusqu’en Europe (chap. 4 à 6) et le « choc pétrolier » de 1973 (chap. 7).

____ Ensuite, en passant par un chapitre rappelant que le jihâd s’enracine dans le projet d’Etat islamique originel (chap. 3), nous entrons dans la réalité de l’islamisme vue du côté arabe et musulman, ce qui nous change des discours des pseudo-spécialistes médiatiques. L’Arabie Saoudite a joué et joue toujours un rôle majeur dans l’islamisme le plus radical et inhumain – même s’il faut reconnaître que l’islam offre en lui-même de telles potentialités (mais une potentialité ne s’active pas toujours…). 90% des institutions islamiques dans le monde sont financées par le régime totalitaire saoudien (p. 74 – chap. 8 et 9). Il faut découvrir le sectarisme qui est ainsi diffusé par l’argent du pétrole (et c’est vraiment le moins que l’on puisse dire ! – chap. 10).

____ Un chapitre (11) consacré au voile islamique rectifie des idées confuses en Occident : « Beaucoup de musulmanes sont voilées parce que la famille le veut. Mais les femmes islamistes se voilent volontairement et avec orgueil, car elles savent que le voile islamique distingue la musulmane libre de la non-musulmane esclave, qui est traditionnellement nue » (p.97). Parallèlement, on comprend les discours islamiques qui traitent les européennes de prostituées…

____ Après un détour par le 11 septembre (chap. 12), l’assassinat de Théo van Gogh aux Pays-Bas (chap. 13) et la non-interdiction de représenter Mahomet (sauf en Europe… – chap. 14), l’auteure analyse longuement le cas de l’islamiste Tariq Ramadan, agent et zélateur des Frères musulmans en Europe, qui est emblématique des manipulations orchestrées par les associations islamiques en lien avec des organisations étatiques ou non agissant dans les pays arabo-musulmans (chap. 15-18) ; de cette manière, les pressions haineuses exercées sur les responsables occidentaux est maximale (à la fois intérieures et extérieures).

____ Il ne faut pas se faire d’illusion sur les ressorts employés par l’islamisme pour atteindre le pouvoir, le principal étant la haine. Celle-ci s’est manifestée massivement – donc aussi de la part de « bons musulmans » (comme disent les gentils animateurs de nos Eglises) – à Beyrouth en 2006, sous le prétexte des caricatures danoises de Mahomet : l’auteur y était (chap. 19) et cette haine fit de nombreuses victimes chrétiennes jusqu’au Pakistan (chap. 20) – des paroles déformées (par la BBC) de Benoît XVI ont servi aussi de prétexte à d’autres pogroms anti-chrétiens (chap. 21).

_____ Cependant, il serait simpliste de croire que l’islamisme soit indépendant d’intérêts occidentaux. Ici, l’auteure ne fait que soulever le voile – on connaît par ailleurs les liens originels entre les Frères musulmans et le MI6 britannique puis avec la CIA, sans parler des autres groupes armés terroristes (les Frères musulmans sont reconnus comme tels en Egypte et dans d’autres pays, mais pas en Occident). Elle donne des pistes significatives (chap. 22 et 23). Après deux pages sur « Charlie Hebdo, sauvé de la faillite » (chap. 23) et sur Rail Badawi, condamné à mille coup de fouet par le régime saoudien (chap. 24), le livre se termine sur la complicité du pouvoir médiatique occidental avec les islamistes de l’Etat islamique et autres terroristes : l’auteure donne ici seulement des documents, très significatifs (chap. 25).

____ Un livre à garder sous la main ! Mais aussi à prêter largement autour de soi : il permet d’entrevoir, à travers des récits illustrés et des exemples simples, la réalité globale de l’islamisme que, hélas, la plupart des responsables ne voient pas – ou ne veulent pas voir.

Edouard-M G.
__________________________________________________

____ Après Catholique/Musulman : je te connais, moi non plus, écrit avec Saad Khiari (F.-X. de Guibert, 2006), le Petit lexique islamo-chrétien (éd. de l’Oeuvre, 2012) et Le christianisme oriental dans tous ses états (éd. Le livre ouvert, 2014), les Editions Salvator rééditent L´islam à la lumière de la foi chrétienne, d’Henri de Saint-Bon (initialement publié en 2012 aux défuntes Editions de l’Oeuvre). 

____ Cet ouvrage de clarification n’est pas inutile dans un contexte chrétien où l’on évite encore et toujours d’avoir un discours cohérent sur l’islam. Faut-il que le discours (catéchétique en particulier) soit fait pour plaire et convenir à tout le monde ? Faut-il s’interdire d’avoir une pensée sur l’islam ?

____ On remarque tout de suite, à la fin de l’ouvrage, la présence de deux lexiques considérables (qui, ensemble, couvrent 80 de ses 310 pages) : l’un est consacré aux « mots catholiques ou à vision catholique », l’autre aux « mots islamiques ou à vision islamique ». L’objectif de l’auteur est clairement de dénoncer les ambiguïtés des mots, tout en sachant que, d’abord, beaucoup de chrétiens ne savent plus le sens des mots chrétiens ni celui des réalités qu’ils désignent – d’où l’intérêt évident de deux lexiques, avec des renvois du premier au second. Par exemple, la courte définition de la miséricorde dans le premier (p.259) renvoie au mot rahma dans le second (p.302) : la différence radicale est mise en lumière (mais elle pourrait l’être davantage : la rahma islamique et coranique est en fait plutôt une anti-miséricorde).

____ Le souci pédagogique inspire l’ensemble des 26 chapitres, dont certains ne font que deux pages mais qui se terminent tous par un tableau comparatif reprenant en quelques phrases-clefs le contenu du chapitre. Le tour d’horizon des thèmes abordés est impressionnant et, bien sûr, beaucoup demanderaient de nombreux développements. La conjonction de tous constitue l’originalité de cet outil.

____ On regrettera cependant que l’auteur, à la suite d’Annie Laurent, imagine qu’il existe des « valeurs spirituelles communes aux chrétiens et aux musulmans » (p. 225) – qu’il tente d’énumérer ensuite abstraitement. Nous avons eu l’occasion d’expliquer que cette approche qui découpe les croyances en notions abstraites équivaut à chercher le plus grand commun diviseur entre deux chiffres : c’est faire fi de l’histoire, où s’enracinent l’origine et les raisons véritables des oppositions entre le christianisme et un phénomène religieux qui est apparu à sa suite. Et l’auteur fait fi aussi de l’expérience et de la pensée de nos Frères chrétiens d’Orient, qui « dialoguent » avec les musulmans depuis 14 siècles et qui n’ont pas attendu les textes de Vatican II (lesquels ne sont pas aussi clairs que les caricatures qu’on en a faites).

____ Le problème est là : s’il s’agissait de comparer la philosophie d’Epicure à celle d’Aristote, la démarche abstraite, thématique et comparative de l’auteur serait excellente. Or nous n’avons pas affaire à deux systèmes philosophiques mais, d’une part, à la Révélation du Salut en la Personne de Jésus, et d’autre part à la contrefaçon de cette Révélation en un système de salut (et non pas un système philosophique) ; dans ce système de salut, c’est l’islam qui est supposé sauver le monde, les musulmans (l’Oumma) s’arrogeant ainsi la place et le rôle du Sauveur (du monde). Cette prétention de salut global (on connaît le slogan : « l’Islam, c’est la solution ! »), l’auteur ne l’entrevoit même pas, sinon de manière indirecte à travers son analyse du djihad (p. 169-173). On notera cependant que la comparaison qui y est faite avec la parole de Jésus « Je ne suis pas venu apporter la paix sur la terre… » tombe mal : il y a deux mots en araméen (shlama, paix intérieure en l’être humain, et shayna, paix extérieure entre les hommes) qui sont traduits par le seul mot paix (eirènè en grec), une donnée qui est disponible sur le web depuis plus d’un an. Sans considération sérieuse et historique de la question du salut, les démarches de dialogue en resteront à la surface des choses. La sensibilité islamique y est pourtant particulièrement ouverte, et spécialement dans les temps que nous vivons. Comment Dieu peut-Il et doit-Il sauver ce monde qui est en train de s’autodétruire, notamment sous l’égide de mafias mondiales ? L’auteur n’aborde hélas nulle part la réponse à cette question du devenir de ce monde qui travaille tant les musulmans que les chrétiens.

____ Des outils performants pour comparer thématiquement le christianisme et l’islam peuvent être utiles au public occidental désinformé et habitué à raisonner de manière notionnelle ; mais outre le fait que de moins en moins de gens sont capables de tels raisonnements, il faut bien constater que de tels outils existent depuis fin 1997, avec la parution de La croix et le croissant du P. Antoine Moussali et dont même le titre a été copié maintes fois. Vingt ans après, en serait-on toujours là ? Comparer n’est pas expliquer. Au mieux, on lève ainsi des ambiguïtés sur les fausses ressemblances et les oppositions radicales entre le christianisme et l’islam. Et ensuite ? Ne faudrait-il pas aborder les choses d’une toute autre manière ?

Edouard-M G. _
__________________________________________________

Hela-Ouardi_derniers-jours-de-MuhammadHela Ouardi, Les Derniers Jours de Muhammad, Paris Albin Michel, mars 2016, 365 p.

Les islamologues relèvent tous le fait que, selon les traditions islamiques, le « prophète de l’Islam » et ses successeurs sont tous morts assassinés. Mais pourquoi ces assassinats ? De quelles divergences témoignent-ils ? Ceci cadre difficilement avec l’image de la société islamique idéale de Médine que sert le discours habituel de propagande. Faute d’y voir clair, on en reste aux constatations.

L’auteure entend précisément aller plus loin. La difficulté est cependant plus grande qu’elle l’entrevoit car comment faire la part des choses entre souvenirs éventuellement réels – mais tronqués – et fabrication de la légende apologétique (achevée deux siècles après les faits supposés) ?

S’enfermer dans la croyance en Muhammad fondateur de l’Islam est le plus mauvais point de départ pour une démarche qui se veut historique. Et si l’auteure signale certaines sources qui placent sa mort en 634 plutôt qu’en 632 (et éventuellement à Gaza), elle n’en tire pas la juste conséquence : ce n’est pas que Abu Bakr, présenté par la légende comme le premier successeur à la tête de l’Islam, en soit le vrai fondateur mais simplement qu’il a dû être un concurrent de Muhammad (auprès des chefs judéo-nazaréens), d’une manière ou d’une autre. Et il faudrait être prudent avant de le présenter comme le beau-père de Muhammad. Au reste, il meurt en 634 justement, assassiné lui aussi, et on peut se demander pourquoi. Pour y voir clair, il faudra encore des recherches – aussi sérieuses qu’elles sont, hélas, rares encore.

L’assassinat de Muhammad par « une juive de Khaybar » paraît être une donnée historique crédible : pourquoi les Califes de Damas l’auraient-ils inventé (comme il l’ont fait pour bien des aspects de la vie du « beau modèle ») ? Pour autant, en l’état actuel de la recherche, on ne voit pas exactement quelles furent les raisons de cet assassinat. Méfions-nous des conjectures imaginaires. En tout cas, il ressort qu’entre l’histoire réelle et le discours de l’islam sur ses origines – reproduit sans réserve aucune jusque dans les programmes de « l’Education Nationale »-, il y a un fossé gigantesque que l’islamologie scientifique comble peu à peu… mais de celle-ci, les institutions en place ne veulent pas entendre parler. Cela fait partie des nombreux sujets interdits dans la pensée unique. L’effort de Héla Ouardi, professeur de littérature et de civilisation à Tunis, n’en est que plus méritoire, et doublement même puisqu’elle prend ainsi des risques pour sa propre personne dans son pays.

Voici l’interview qu’elle a accordée au Point.
Question : Telle que vous la décrivez, la fin de Mahomet est une vraie tragédie shakespearienne…
Hela Ouardi :
Effectivement, le prophète de l’islam subit de nombreuses épreuves à la fin de sa vie : il perd son seul fils, qu’il adorait ; il subit des échecs militaires contre Byzance, ce qui affaiblit son autorité auprès des musulmans. Il tombe alors gravement malade, et on lui désobéit, on l’empêche d’écrire son testament, on lui administre des médicaments à son insu … Après sa mort, sa fille Fatima sera violentée et mourra, dit-on, des suites de cette agression. Elle sera aussi déshéritée. Son époux, Ali, sera nommé Calife, mais finira assassiné et leurs enfants seront massacrés. On peut donc parler d’une tragédie.

On l’aurait assassiné ?
D’après les sources musulmanes, à la fin de sa vie il a été victime de plusieurs attentats. Il se méfiait de son entourage d’ailleurs, et quand on l’a forcé à prendre un médicament, il a demandé aux personnes présentes de prendre la même potion. En fait, d’après certains auteurs musulmans, il serait peut-être mort de pleurésie. Mais les plus anciennes biographies musulmanes affirment qu’il aurait été empoisonné par une juive de Khaybar. Cette thèse embarrasse les théologiens qui considèrent qu’elle pourrait nuire au prestige du Prophète. Les docteurs d’Al-Alzhar reconnaissent ainsi qu’il a été empoisonné, mais assurent qu’il a survécu trois ans au poison, preuve de l’intervention divine…

Et on a vraiment abandonné son cadavre ?
Oui, on l’a laissé sans sépulture pendant trois jours, ce qui est plus qu’étonnant dans une région aussi chaude que l’Arabie, où la tradition veut que l’on enterre les morts immédiatement ou presque. Les textes évoquent même la décomposition du corps. Deux hypothèses majeures peuvent expliquer cette situation : d’abord le déni. On ne veut pas croire qu’il soit mort et l’on pense qu’il va ressusciter. Mahomet ne promettait-il pas la fin du monde ? La deuxième raison est plus politique, et c’est celle défendue notamment par les chiites : ces trois jours ont permis à Abu Bakr et Umar d’écarter la famille de Mahomet et de s’organiser pour lui succéder. Il leur fallait du temps pour mettre en place ce qu’on pourrait appeler un « coup d’État » ; certaines sources évoquent la présence de la tribu des Aslam qu’Abu Bakr a déployée dans les rues de Médine comme une milice avant l’enterrement du Prophète pour prévenir tout mouvement de contestation. Car les Médinois, chez qui Mahomet était venu se réfugier avec ses premiers fidèles après avoir quitté la Mecque en 622, ne voulaient plus des Mecquois qui les tenaient pour inférieurs. Ils voulaient désigner eux-mêmes leur chef. Abu Bakr s’est imposé par la suite par le sang en menant ce que l’on a appelé les « guerres d’apostasie ».

Le problème de l’islam naissant tient donc au fait que Mahomet n’a pas pu organiser sa succession…
Il n’avait pas de fils direct, que des petits-enfants, des gendres ou des beaux-pères, Abu Bakr, Umar, Ali et Uthman, qui seront les quatre premiers califes. C’est entre eux que va se jouer la succession. Le pouvoir politique en terre d’islam est encore de nos jours une affaire de famille !

Vous parlez de Médine, mais vous dites aussi qu’il est mort non pas dans cette ville, comme l’affirme la tradition, mais à Gaza…
Les sources non musulmanes contemporaines de l’époque du Prophète attestent de la présence de ce dernier à Gaza en 634. Je dois rappeler que l’arrière-grand-père de Mahomet, Hâchim, serait lui-même mort à Gaza.

Mais pourquoi ces changements de lieu et de date ?
Probablement pour des raisons politiques. Son histoire a été « écrite » pour les besoins d’une légitimation du pouvoir.

Votre livre nous dépeint un vieux prophète manipulé par ses femmes et ses meilleurs amis. Aujourd’hui, on dirait qu’il a été victime d’un abus de faiblesse. Quand commence le culte qui fera de lui « le sceau de l’islam » ?
Sous les Omeyyades, probablement, mais on ne sait pas exactement comment. Le processus a dû être lent. Tous les descendants du Prophète ont alors été éliminés, donc il n’y a plus de risque que s’instaure une dynastie de droit divin. La nouvelle dynastie, qui est originaire de la Mecque elle aussi, mais qui pourtant s’est opposée au Prophète au début de la Révélation, va pouvoir l’utiliser pour asseoir sa légitimité.

Vous avez mené une enquête de type scientifique, votre appareil de notes le prouve. Mais sur quoi vous fondez-vous pour affirmer de telles choses ?
Mais sur la tradition musulmane, bien sûr ! Contrairement à ce que l’on peut croire, tout a été écrit, il suffit de prendre la peine de lire les textes. Mon livre n’est pas une œuvre de fiction. C’est le résultat de trois ans de lecture attentive du Coran, des hadiths, c’est-à-dire les faits et les dires que l’on attribue au Prophète, et des récits biographiques publiés après sa mort.

Mais les historiens remettent en cause la fiabilité de ces sources religieuses qui ont été écrites dans une visée apologétique…
Certes. D’abord, il faut préciser que ces sources, malgré leur manque de fiabilité historique, demeurent incontournables. Si on les ignore, l’histoire de la naissance de l’islam se résumerait à deux phrases. Donc, il faut lire, mais comme des documents et non comme des monuments. Mais d’une part, on retrouve les mêmes faits dans des écrits de sources très différentes et d’autre part, ces textes qui pourraient pratiquer la langue de bois n’hésitent pas à dire des choses étonnantes, parfois même contraires aux intérêts des partis qu’ils défendent. Ainsi, je croyais que le fait que Mahomet soit empêché d’écrire son testament était une « invention » des chiites qui soutiennent qu’il avait choisi Ali pour successeur, mais qu’Abu Bakr et Umar l’en ont empêché. Or, les textes sunnites rapportent aussi cet épisode, ce qui n’est pourtant pas dans leur intérêt. On peut penser qu’il y a là un début de vérité, même si l’historien doit toujours garder une distance critique, évidemment.

Si Mahomet attendait la fin des temps [1], il ne voulait pas créer de religion. Le vrai fondateur de l’islam n’est-il pas plutôt Abu Bakr?
Effectivement, ses successeurs, et au premier chef Abu Bakr, ont donné un avenir à la religion de la fin des temps. Mieux, en conquérant le Proche-Orient, ils ont donné à la religion de l’arabité, une carrière universelle.

______________________
[1] Dans le Coran, l’annonce du « Jour du Jugement » et ses thèmes annexes apparaissent effectivement comme l’axe premier du message appelé « islamique ». En fait, selon des traditions elles-mêmes, c’est la Venue imminente du Christ – et donc le Jugement qui s’ensuit – qu’annonçait Muhammad ! C’est autre chose que simplement une attente de la « fin des temps »…

Partager cet article

One thought on “Recensions: islam et histoire-4

  • 2 mars 2016 at 16 h 47 min
    Permalink

    Comme le Père Gallez l’a déjà mis en évidence, l’Islam annonce une miséricorde divine aux antipodes de la vision chrétienne. Cette anti-miséricorde conduit à placer la Haine de ce qui n’est pas musulman, au centre de l’Islam, et de justifier ainsi les crimes perpétrés. Le Allah de l’Islam n’est à l’évidence pas le Dieu de la Bible. (D’où vient le Allah de l’Islam est, ici, une question hors sujet).
    Personnellement je pense qu’il faut radicalement exclure l’ensemble de la nébuleuse islamique de toute réflexion œcuménique tant du du point de vue de la religion que de la laïcité républicaine. Il convient désormais de se cantonner à proclamer les raisons qui justifient cette exclusion. Nous disposons de suffisamment de données scientifiques sur la fabrication de l’Islam, sur sa vulgate islamique, sur ses objectifs et sur ses méthodes, pour étayer ces raisons. Les lecteurs de EECHO les connaissent.
    Cela ne doit pas nous empêcher d’aimer nos frère musulmans ni de les inviter, amicalement et avec toute la courtoisie que requiert la prudence, à partager nos lectures…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.