Contrôler les consciences grâce aux injections ?

Un recours aux nanotechnologies ?

__ On sait depuis longtemps quelle est la partie du cerveau liée à la compassion, et quel genre de psychopathie apparaît si elle venait à être atteinte. Les neurosciences vont aujourd’hui mille fois plus loin dans la connaissance du cerveau et de sa manipulation.

__ Elles permettent notamment d’influencer les émotions ou même la pensée de l’être humain. Yuval Noah Harari, conseiller scientifique du gourou de Davos Klaus Schwab, affirme que “l’être humain est désormais piratable”, et il conclut que “c’est la fin du libre-arbitre” ‒ et aussi de Dieu, dit-il. Et il ajoute que ce piratage devra se faire grâce à des implants, en particulier dans le cerveau.

__Il semblerait qu’une partie de ce programme soit déjà expérimenté (comme c’est souvent le cas quand il en est question ouvertement), mais sous une forme autre que des implants : tel est ce qui ressort des publications scientifiques présentées dans ce dossier très technique (il est résumé en quelque sorte pour le profane dans les vidéos de cet article du web). Les nanotechnologies ouvrent des perspectives inédites en matière de miniaturisation et d’utilisation dans le vivant, mais il ne s’agit pas du futur : leur présence est mise en lumière dans les diverses injections « autorisées » /obligatoires. Il semble que le corps s’en débarrasse peu à peu, le programme prévoyant donc un renouvellement périodique (tous les six mois selon Bill Gates). Cet aspect s’ajoute à d’autres qui ont d’abord surpris le grand public, puis qui ont été confirmés officiellement souvent après avoir été niés, tels que différentes formes de toxicité (dues au moins à la prolifération des protéines spike), une influence sur l’ADN et la connaissance de cette toxicité par la firme Pfizer dès le départ.

__ Une énorme question se pose. Quand on voit tout ce qui est reconnu officiellement aujourd’hui et qui, pour l’essentiel, était déjà dénoncé par les plus grands scientifiques du monde il y a deux ans (dont par exemple un ancien vice-président de Pfizer), pourquoi nos gouvernants continuent-ils à commander par millions des doses à injecter ? Quel jeu trouble joue l’OMS (dont le véritable patron est celui qui paie, Bill Gates) ? Le Règlement Sanitaire International de 2007 obligeait les pays signataires à suivre les décisions de l’OMS, chacun le faisant à sa mode, ce qui a permis des comparaisons édifiantes depuis 2020 en termes de résultats. Un nouveau traité à signer en mai 2022 suspendrait les constitutions nationales en rendant les décisions de l’OMS automatiquement applicables à toutes les populations (en cas de nouvelle pandémie…). Un pass vaccinal international OMS est d’ailleurs en train d’être mis au point sur ce modèle :

__Au regard des folies qui se passent en Chine, allant plus loin encore que ce qu’on a connu, on a le sentiment d’un acharnement qui ne peut pas être fortuit, surtout aussi longtemps.

__ La Révélation est éclairante en même temps qu’elle nous donne la sérénité de voir. Le premier « piratage » de la conscience humaine est celui qui est raconté dans le livre de la Genèse. Il introduit une coupure entre le premier couple humain et son Créateur, puis à l’intérieur de ce couple, puis entre celui-ci et la création. Les paroles de Jésus : « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni » (Mt 19,6 ; Mc 10,9) valent à plusieurs niveaux, y compris à celui de l’unité intérieure qui a été perdue depuis ce qu’on a appelé le « péché originel ». Des failles sont installées en nous et dans les relations humaines, et ce sont elles qui permettent la domination par des êtres humains qui se croient au-dessus des autres hommes, ou même par le monde angélique déchu.

__ D’une certaine manière, l’objectif de domination est toujours d’accroître ces failles, ces coupures, et ce sont elles que la force du christianisme, sous le souffle de l’Esprit, vient guérir ; ce « travail de Dieu » (Jn 6,29 ; 1Tm 1,4) est multiforme, jusque dans l’histoire collective – il a simplement besoin de la collaboration des hommes pour se déployer, comme en témoignent des exemples fameux. Cette collaboration commence en chacun, en union avec Celui qui offre de restaurer des failles internes, et d’abord celle qui désunit fondamentalement le corps et la psychologie, de l’esprit qui est le centre de nous-mêmes en lien avec le Créateur depuis le premier instant de notre vie : tel est un fruit du baptême, mais il doit grandir sans cesse. Cette dimension d’unité personnelle est en même temps communautaire dans le vrai culte qui est rendu à Dieu, lequel est sans doute la collaboration la plus haute avec Lui. Cette prière d’offrande en Celui qui vient Lui-même nous toucher implique ensemble l’esprit, la psychologie et le corps (1Th 5,23) ; c’est pourquoi elle constitue un énorme enjeu dans l’histoire, et plus que jamais aujourd’hui.

__ Les forces de destruction ne peuvent rien contre les chrétiens unis qui prient et agissent dans la connaissance de la vérité, de la réalité. Depuis le temps des apôtres, ils vivent ce combat et ont conscience de la perspective d’une fausse unité mondiale mais aussi intérieure (à chacun) que les forces du Mal veulent instaurer. Cette perspective, celle qui culmine dans un anti-christ, les évangiles en parlent et elle est plus explicite encore dans d’autres écrits du Nouveau Testament. Jésus fut y confronté sans cesse, regrettant plus d’une fois l’incompréhension de ceux qui l’écoutent (Mt 13,1 par exemple, et Paul dira la même chose, Ac 28,27). Cette incompréhension est une sorte de coupure, qui paraît être aujourd’hui profondément présente dans les psychismes ; les nouvelles formes nanotechnologiques de manipulation veulent aller plus loin encore. Il faut des chrétiens vivant un lien véritable avec Dieu, dans l’Esprit qui nous tourne vers le Fils qui restaure notre être dans la volonté du Père.

P. Edouard-Marie

Partager cet article

10 thoughts on “Contrôler les consciences grâce aux injections ?

  • 19 mai 2022 at 12 h 59 min
    Permalink

    Sur le site officiel du NIH américain (leur « ministère de la santé »), on trouve cet article qui résume bien deux ans de pseudo-pandémie : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9062939/.
    Cet article officiel expose comment les médecins soignants ont été dépossédés de leur art médical.

    Reply
  • 19 mai 2022 at 18 h 26 min
    Permalink

    Et donc ? A quel comportement doit-on s’attendre chez les personnes vaccinées (dont je suis, hélas !) induit par le piratage des cerveaux ?

    Reply
    • 19 mai 2022 at 21 h 45 min
      Permalink

      Il faudrait poser cette question à des spécialistes en neurosciences. Mais l’idée d’effets universellement détectables ne correspond pas aux témoignages, sans doute en raison de la singularité de chacun mais aussi de la diversité des lots d’injections.
      Tous les sportifs injectés ne sont pas malades du coeur, heureusement, mais la plupart quand même ont vu leurs capacités baisser.
      Donc, il ne semble pas s’agir d’une question de comportement mais possiblement par exemple de difficulté d’être soi-même, si l’n en croit certains témoignages.
      Les statistiques seraient bienvenues, elles doivent bien exister sur quelques sites ; elles semblent encore rares, c’est bien dommage.

      Reply
  • 19 mai 2022 at 19 h 39 min
    Permalink

    Je suis atterré… Autant j’apprécie les inestimables publications du groupe EEChO relatives à l’histoire du christianisme primitif et l’élaboration orale et araméenne des Evangiles, autant ce genre de sornettes complotistes de bas étage me révolte ! Ces imbécillités paranoïaques vont totalement décrédibiliser les travaux du groupe, dont l’importance mériterait pourtant d’être considérée historique et décisive…

    Reply
  • 19 mai 2022 at 20 h 49 min
    Permalink

    Si on veut absolument voir derrière tout ça la main du « dévoreur », peut-être serait-il bon de se rappeler les paroles du Messie aux chrétiens des origines : « j’ai vaincu le monde », et laisser la polémique sur les effets apocalyptiques supposés du vaccin aux sites adéquats. À mon sens, la télévision a des effets bien plus dévastateurs sur la conscience et la manipulation des foules que ce vaccin.
    Eecho vaut plus que cela, et la confiance qu’on peut lui apporter mérite que le site soit nettoyé des questions externes au christianisme des origines. En tous cas, tant que ces articles resteront, je ne ferai plus la publicité du site, et je m’attriste de cela.
    N’est-il pas écrit : « et ils boiront des poisons et ils ne leur feront aucun mal » ?

    Reply
    • 19 mai 2022 at 21 h 37 min
      Permalink

      Un de mes amis prêtres, qui était un homme de foi, a effectivement vécu cette promesse de Mc 16,18 : « ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. »
      C’était dans des circonstances exceptionnelles, où le témoignage de la foi était en jeu. Les vrais chrétiens seront appelés à vivre souvent cette parole, sans doute.
      Le christianisme des origines était très prophétique et il l’est toujours là où la foi est vivante, relativement au sens des choses. Il y a eu dès le 3e siècle des discussions contre l’attribution de l’Apocalypse à l’apôtre Jean, note Roland Kleger, en particulier à propos des « 1000 ans » :

      « Denys d’Alexandrie (un disciple d’Origène au milieu du 3ème siècle), par exemple, se refusait à attribuer la rédaction de l’Apocalypse à l’apôtre Jean, parce qu’il ne croyait pas en un règne littéral de 1000 ans. Il l’attribua à un autre Jean qui aurait été enterré à Ephèse, près de l’apôtre Jean. Il a été suivi par Eusèbe (270-340) et d’autres théologiens de l’Eglise Orientale. On parle alors de Jean l’Ancien, l’évêque d’Ephèse. »

      Le terme de « complotiste » n’avait pas encore été inventé par la CIA pour traiter d’irrationnels tous les Américains qui n’accordent pas foi au récit officiel de l’assassinat de John Kennedy, suivi par celui de son frère.

      Reply
  • 20 mai 2022 at 9 h 26 min
    Permalink

    Le problème est que nous sommes livrés à l’impératif de faire confiance -ou non à tel ou tel parti scientifique forcément incapable de démontrer ses conclusions à toutes et à tous, tant elles sont le fruit de travaux « très techniques », et en général liées à des idées pré-existantes.
    Comment pouvons nous accorder crédit à des savants qui disent détecter de l’oxide de graphène dans les vaccins quand d’autres non moins savants affirment le contraire ? Sur quelles bases ?

    Mais que cette idée soit « complotiste » ou non, le dilemme n’est-il pas que les industries de la « santé » et ceux qui les financent, les « savants », et les politiques sont incompétents, aveugles devant mystère de la mort et de la maladie, sans vouloir l’admettre, pour toujours pouvoir espérer tirer leur épingle du jeu? Et que c’est là, au creux de ce jeu de dupes de masses, que vient s’insinuer l’esprit du Mal ?

    Reply
    • 24 mai 2022 at 7 h 38 min
      Permalink

      Il y a des critères.
      Ceux qui sont présentés comme « savants » à la télévision et qui ne publient presque rien (ou même rien) ou qui n’ont jamais soigné, et qui ont de multiples conflits d’intérêts avec les grands industries pharmaceutiques ne sont pas à comparer avec les véritables chercheurs, qui, souvent, prennent des risques en publiant, comme par exemple le Professeur Peronne qui est la plus grande autorité médicale en France dans le domaine vaccinal (voyez sa biographie).
      Le tri est donc possible, et à la portée de beaucoup.
      Après le refus du Brésil de signer « l’accord » remettant la santé des citoyens entre les mains de l’OMS, l’OMS a été obligée de renoncer à 12 des 13 amendements au cours de la réunion qui s’est tenue à Genève du 17 au 20 mai 2022 – lire tous les détails ici.
      On peut dire merci à ceux que les médias des milliardaires traitent de « complotistes ».
      La machine d’une nouvelle « pandémie » était déjà lancée avec une « variole du singe » (qu’on aurait détectée, et uniquement dans des pays où il n’y a pas de singe), selon une simulation établie en mars 2021 (voir le PDF officiel sur ce site). La fabrication de « vaccins » était déjà lancée.
      Le combat chrétien pour la liberté des consciences a commencé il y a deux mille ans. Là, une une petite victoire a été obtenue par les gens éclairés du monde et dont profitent ceux qui ne le sont pas encore et croient encore les grands médias et les communicants gouvernementaux. Depuis deux mille ans, les chrétiens croient que Dieu veut du bien à tous les hommes, tandis que c’est rarement le cas des pouvoirs en place, surtout s’ils sont antichrétiens. Etre chrétien conduit à renoncer à son confort, au moins intellectuel. La vie chrétienne n’est pas un long fleuve tranquille.

      Reply
  • 25 mai 2022 at 7 h 35 min
    Permalink

    CONFIRMATION de ce que les « méchants complotistes » disaient depuis un an :
    le chercheur et professeur Edouard Alphandéry, dans https://www.researchgate.net/publication/358629900_Nano_dimensionsadjuvants_in_COVID-19_vaccines , « explique » la présence de nanoparticules dans les injections, et en particulier celle du graphène.
    L’article, qui n’est accessible que sur permission de l’auteur, est résumé ici : https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/05/24/le-professeur-e-alphandery-justifie-la-presence-de-graphene-dans-les-vaccins-contre-covid/
    Il y a longtemps qu’il n’existe plus de « principe de précaution », version laïcisée du respect de la création telle que Dieu l’a pensée. L’athéisme veut tuer Dieu, puis il tue l’homme et la vie.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.