Session d’été: « Signes des temps » et Espérance

notre session d’été 2021 : du 25 au 28 août
« Signes des temps » et Espérance

EN « PRÉSENTIEL » sauf obstacle total
contacter : communication@eecho.fr

« Le soir, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge ; et le matin : Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez pas discerner les signes des temps ! » (Mt 16,2-3).

Avec : P. Frédéric Guigain (oralité – les signes dans l’Ap [collier] et le N-T)
____ Antoine Cherrey (‘Des signes à l’œuvre’)
____ P. Edouard-Marie (‘Révélation et ingénérie sociale’)
____ Pierre Perrier (en vidéo)
____ Françoise Breynaert (‘introduction à la Venue Glorieuse’)
____ un expert du Comité scientifique indépendant
____ deux témoins orientaux
____ Odon Lafontaine

_ Aujourd’hui il est vrai, les saisons semblent devenir de plus en plus surprenantes (la photo ci-dessus n’est pas un montage, elle a été prise à Sydney en 2016).
_ Mais les temps que nous vivons paraissent plus incompréhensibles encore. La Révélation nous en parle, dans une partie trop peu connue, soit parce qu’elle est méconnue depuis longtemps, soit parce que les délires interprétatifs nous arrivant des États-Unis ont refroidi ceux qui s’y intéressaient.

_ Jésus nous invite à utiliser notre intelligence. L’Esprit Saint veut éclairer nos esprits et nous donner « la force d’échapper à tout ce qui doit arriver » (Lc 21,30). Et, étonnamment ou pas, Il convertit beaucoup actuellement – c’est sans doute un premier « signe des temps ».
_ La phrase de Jésus continue en parlant du futur, elle invite à « se tenir debout devant le Fils de l’homme » c’est-à-dire devant lui-même quand il viendra dans la gloire. Ainsi nous est donnée la clef pour juger le temps présent en ses « signes », c’est-à-dire pour comprendre le sens de ce qui se passe. Le seul vrai « sens de l’histoire » .

_ Si nous cherchons sur le web l’expression « Venue glorieuse du Christ », nous ne trouverons qu’une seule étude en français (datant de 2016) et présentée sous divers aspects; loin derrière, votre moteur de recherche indiquera quelques traductions de textes (délirants) venant de groupes américains, protestants ou qui se sont détachés de toute foi chrétienne (TJ, Mormons, …). Il y a là une vraie question.

« Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme,
quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Lc 18, 7-8).

Lieu : un lieu magnifique à 80 km de Paris, une gare n’étant pas loin (une navette prendra ceux qui y arrivent)

Prendre contact dès maintenant avec communication@eecho.fr .

Partager cet article

2 thoughts on “Session d’été: « Signes des temps » et Espérance

  • 13 juillet 2021 at 11 h 58 min
    Permalink

    L’anthropologue Rene Girard a souvent evoque dans ses ecrits les passages apocalyptiques des evangiles trop souvent ignores de nos jours. Sa lecture des signes des temps presents est riche d’enseignements. J’espere que vous pourrez l’evoquer lors de ce colloque que j’espere fecond et dont j’attends avec interet de lire le compte-rendu sur votre site.

    Reply
    • 17 juillet 2021 at 10 h 11 min
      Permalink

      Effectivement, la pensée de René Girard est très riche, et particulièrement apocalyptique dans Achever Clausewitz.
      Elle finit aussi par être désespérante, car en fin de compte, selon lui, en privant la société de ses boucs émissaires, le christianisme finirait par provoquer l’auto-destruction du monde !
      Le problème, c’est qu’il a réduit à réalité humaine à un processus unique. Ce qui est toujours faux, hélas.
      Il existe en effet deux tendances perverties de la psychologie humaine : le désir narcissique d’une part qui conduit au repli sur soi et qui prédispose aux dérives spiritualistes, et d’autre part ce que René Girard a appelé le « désir mimétique » qui conduit à l’appropriation d’autrui et prédispose aux dérives messianistes – le problème de Girard étant qu’il n’a vu que l’un de ces deux penchants.[Note 11] / cf. https://www.eecho.fr/verite-et-contrefacons-inverser-hegel/ !
      Note 11 : « L’expression « désir mimétique » désigne la volonté perverse de dominer autrui et de s’approprier ses biens – d’où René Girard tire la théorie générale du bouc émissaire qui permet à une société de subsister : elle cherche à catharsiser sur des coupables (moins véritables que fantasmés) cette violence qui, sans cela, deviendrait socialement auto-destructrice. L’erreur de Girard a été de tout ramener à « un », en l’occurrence à un processus social, en oubliant la tendance destructrice intérieure qui conduit non à écraser autrui mais à s’isoler en soi-même. Les deux attitudes ont un même fondement. Celui qui est au-dessus des autres devient « dieu » ; celui qui se suffit pleinement à lui-même devient également « dieu ». “Le jour où vous en mangerez [du fruit de l’arbre, dit le serpent], vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bien ou mal” (Genèse 3,5). La racine du mal est unique, mais les manifestations de celui-ci ne suivent pas un processus unique »

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.