Syrie sept.2013: répit et prière pour la paix

_____

______L’avenir des Communautés ecclésiales d’Orient est un souci capital pour tous les amis d’EEChO. Outre le fait de porter ce monde ainsi que le font toutes les Communautés chrétiennes, elles témoignent mieux que d’autres, pour des raisons notamment d’héritage historique, de leur enracinement dans « les paroles et les actes des apôtres » (ainsi que l’indique la page Qui sommes-nous ?) ; ceci constitue la raison particulière pour laquelle elles sont persécutées depuis des siècles, devant résister à des projets d’éradication récurrents et plus actuels que jamais. D’où l’importance de ce souci, alors qu’en Egypte et en Syrie se sont manifestées des volontés destructrices.
_____Tel est aussi le souci du Saint-Père.


LE PAPE APPELLE À UNE JOURNEE DE PRIERE POUR LA SYRIE LE 7 SEPTEMBRE

Lors de l’Angélus du samedi 1 septembre, le Pape François a pris position :

Mon cœur est profondément blessé par ce qui se passe en Syrie et angoissé par les développements dramatiques qui s’annoncent […]
[Il faut] prendre courageusement et résolument le chemin de la rencontre et de la négociation, en dépassant les oppositions aveugles. Avec la même fermeté, j’exhorte aussi la Communauté internationale à fournir tout effort pour promouvoir, sans délai ultérieur, des initiatives claires fondées sur le dialogue et la négociation pour la paix dans cette Nation, pour le bien de tout le peuple syrien.

Le samedi 7 septembre au soir, tous les hommes de bonne volonté sont conviés à prier en union avec tous ceux qui seront Place Saint-Pierre à Rome, de 19h à 24h.


• Syrie :une seule option possible, Genève II

_____Déjà, le 29 août, dans un communiqué, le Saint-Père avait appelé à la reprise des négociations ajournées de Genève II et condamné les projets de guerre ouverte US :

« La voie du dialogue et de la négociation… est l’unique option pour mettre fin au conflit »

_____Le Pape était en compagnie du roi Abdallah II de Jordanie, accompagné de son épouse Rania, alors que le pays sert de base arrière aux services secrets US, mais que le roi ne peut s’y opposer. Le communiqué faisait allusion aussi à « l’option de bombardements » (US ou OTAN), comme si des médias honnêtes pouvaient qualifier « d’option » l’assassinat par des bombes téléguidées de dirigeants d’un pays.

_____Il n’existe qu’une seule voie juste : reprendre les négociations de Genève II, ainsi que le demandent tous les Evêques du Moyen-Orient. Au contraire, après de vagues velléités de paix, Obama a choisi de faire capoter ces négociations et d’avaliser les projets de guerre ouverte contre la Syrie.

_____Cette position n’est évidemment pas étrangère aux revers subis sur le terrain par les mercenaires, que précisément les USA forment et arment en Turquie (et maintenant en Jordanie aussi). Récemment, 150 d’entre eux – des Syriens parmi les rares qui combattent encore – se sont rendus à l’armée nationale et, moyennant leur engagement à ne plus porter d’armes ou de nuire à la sécurité de la Syrie , ont été « régularisés », suivant le processus dirigé par le ministère de la réconciliation. Ce ministère a été confié par le gouvernement à des opposants de vieille date qui ont compris depuis deux ans où était l’intérêt du peuple syrien. Evidemment, jamais on ne lira cette information dans un média français subventionné ou appartenant à un grand groupe financier international, ni le nombre de ces mercenaires venus du monde entier (près de 100 000 ?), et payés par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Il s’agit parfois de criminels emprisonnés à qui la liberté a été promise en échange de leur engagement dans les milices jihadistes.

_____En fait, depuis février 2011 (ou même depuis 2001, année des débuts de sa préparation), la guerre menée contre la Syrie résulte de la convergence de divers grands intérêts. On pourrait les schématiser comme suit :

____La Syrie était un pays qui était dépourvu de dettes (tout comme la Libye). À ces facteurs, il faudrait certes ajouter ceux qui sont liés au trajet des gazoducs ou à la rivalité séculaire entre sunnites et chiites, mais de telles raisons sont mineures par rapport à celles du schéma.

• Un répit grâce à la Russie

_____Nos médias propriétés de l’Etat ou de grands groupes financiers ont bien caché la raison du recul d’Obama après le 29 août. Le Prince Bandar, à la tête des services secrets du régime tyrannique saoudien, est allé voir le président russe pour lui proposer une alliance pétrolière et aussi pour le menacer d’utiliser les réseaux terroristes Tchètchènes que contrôle l’Arabie Saoudite pour anéantir les jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014, si la Russie ne laissait pas tomber les Syriens. Par la suite, Poutine aurait pris des mesures dirigées contre l’Arabie Saoudite, qui subirait immédiatement les conséquences de tout bombardement de la Syrie par l’armée des USA ou par celles de leurs fantoches de l’Otan. Ce qui fait réfléchir.

_____Dans le recul US, on peut y voir aussi le fruit de la prière des chrétiens, sauf en France où l’on a très peu prié à cette intention, c’est-à-dire pour que les négociations reprennent à Genève (le fait même d’en parler amène à prendre de la distance face à la guerre médiatique). C’est seulement depuis et à cause de la demande du Pape que des démarches de prière se feront, enfin, au niveau épiscopal. .

• L’intox d’une supposée « attaque au gaz » le 21 août

_____En 1939, un groupe d’agents allemands déguisés en soldats polonais avait franchi la frontière pour attaquer un poste-frontière allemand à partir de la Pologne ; la presse, aux ordres des Nazis, avait unanimement condamné cette provocation polonaise qui méritait d’être punie. Hitler, puis Staline, envoyèrent peu après leurs troupes en Pologne.

_____En 2003, Colin Powell et Tony Blair accusaient l’Etat irakien de posséder des armes de destructions massives, en avançant des « preuves » qui n’étaient que de l’intox. La France refusa de s’aligner et ses médias dénoncèrent (mollement) la mystification. La guerre et l’occupation qui suivirent firent plus d’un million de victimes, toutes causes directes ou indirectes confondues (et cela continue).

_____Le 21 août 2013, les médias de la coalition américano-saoudienne et autres accusent l’Etat syrien d’une attaque au gaz dans la banlieue de Damas, alors que les émissaires de l’ONU venus enquêter sur le massacre au gaz perpétré à Alep en mai dernier venaient d’arriver à 5 minutes de là. Sur la base du montage apparu sur le web, les agences de presse aux ordres annoncent jusqu’à 1 700 victimes. La France avait déjà avancé de supposées « preuves » en juin dernier, et s’enferre plus encore aujourd’hui en essayant de prouver à tout prix que « Assad est coupable » – mais ce ne sont que de pures assertions qui ont été présentées au Parlement (les « preuves » devant soit disant rester « secrètes »).


_____Quel analyste sérieux pourrait-il donner la moindre crédibilité à ces dires ? D’abord,
la vidéo postée sur le web et supposée se rattacher à une attaque aux gaz toxiques survenue le 21 août aurait demandé des heures de montage après l’événement supposé ; il est significatif qu’elle fut immédiatement reprise par les médias globaux, dans la journée du 21. Aussi, beaucoup se sont demandé si cette vidéo sophistiquée n’aurait pas été mise en ligne plusieurs heures avant l’heure supposée de l’événement (à l’heure US, elle est même apparue la veille du 21). Mais la bonne question était : y a-t-il un rapport entre les images montrées – manifestement d’origines diverses – et un certain événement survenu le 21 août ?

        Une partie de la réponse vient d’émerger. Le montage devait être quasiment prêt depuis un moment, et c’est un accident provoqué par les mercenaires qui aurait mis en marche le mécanisme de l’intox (qui était déjà prête). Certains d’entre ceux-ci se sont confiés à un reporter de l’Associated Press, Dale Gavlak

        “Beaucoup pensent que certains rebelles ont reçu des armes chimiques par l’intermédiaire du chef du renseignement saoudien, le prince Bandar bin Sultan, et sont responsables de l’exécution de l’attentat au gaz”, écrit Gavlak. “Les rebelles reconnaissent qu’ils n’ont pas été correctement formés sur la façon de manipuler les armes chimiques et n’ont même été informés de leur nature[…] « Nous étions très curieux au sujet de ces armes. Et malheureusement, certains des combattants ont manipulé les armes de façon inappropriée et déclenché les explosions », raconte un militant nommé « J »”. Selon Abdel-Moneim, les armes ont explosé à l’intérieur d’un tunnel, tuant 12 rebelles. “Plus d’une douzaine de rebelles interrogés ont indiqué que leurs salaires proviennent du gouvernement saoudien”, écrit encore Gavlak.

        Enfin, l’accusation d’Obama et de ses clones européens repose sur l’idée que les « rebelles » ne disposent ni de gaz toxiques, ni des connaissances (élémentaires) permettant de les utiliser. Certains non mais d’autres si ! Les jihadistes ont déjà utilisé des obus à gaz, à Alep !

_____Les preuves techniques et les témoignages recueillis, en Syrie ou parmi les réfugiés, ne laissent subsister aucun doute ; en mai dernier, Carla Del Ponte elle-même a accusé clairement les mercenaires et jihadistes d’avoir utilisé du gaz toxique. Au reste, des groupes d’Al-Nusra menaçaient depuis des semaines sur le web d’utiliser des gaz toxiques, comme ils l’avaient fait auparavant en rapport avec du gaz chloride, le premier qu’ils ont utilisé (en février 2013). Fin mai, dans la région d’Adana, la police turque a découvert près de 2 kg de gaz sarin qui, selon les terroristes d’Al-Nusra, était destiné à gazer le peuple syrien qui leur résiste.

• Un vieux montage

_____En fait, toute cette intox était préparée depuis sept mois, comme en a témoigné le Daily Mail, un quotidien anglais qui tire à 2 millions d’exemplaires, et voit 3 millions de personnes visiter chaque jour son site Internet : « Plan soutenu par les USA pour lancer une attaque à base d’armes chimiques contre la Syrie et en attribuer la faute au régime d’Assad. »

_____L’article précise que, peu auparavant, en décembre 2012, une entreprise de mercenaires s’était vue proposer d’organiser une attaque chimique permettant d’accuser le gouvernement syrien.

_____Le 23 août, un député anglais, George Galloway, a eu le courage de dénoncer cette vaste intox : “Si le gaz sarin est utilisé en Syrie, il ne peut l’être que par des terroristes liés à Al-Qaida, et ces groupes sont fournis et alimentés par Israël” explique-t-il. Il semble en effet que les approvisionnements des mercenaires en gaz toxiques soient nombreux, l’armée syrienne en a trouvé différents stocks – mais vous ne verrez jamais ces images.

_____Même l’ancien chef de la CNC, Moaz Al Khatib, qui a démissionné de son poste pour protester contre les ingérences du Qatar, n’a pas hésité à mettre en doute la version occidentale de l’usage de l’arme chimique en territoire syrien : on ose en parler en Belgique mais pas en France, où l’on a même interdit la campagne belge visant à décourager de jeunes gens endoctrinés par les médias et par certains imams de se rendre en Turquie pour s’engager dans les rangs de groupes terroristes – cette campagne a été lancée par des familles musulmanes consternées et est appuyée par certains hommes politiques belges.

• Manipuler pour asseoir un pouvoir soumis ?

_____En France, ce n’est pas la première fois que des massacres commis par les mercenaires jihadistes sont mis par les médias globaux sur le compte de l’armée nationale syrienne, qui est une armée de conscrits et qui n’existerait plus si elle agissait contre sa propre population ! Le massacre d’enfants à Houla en mai 2012, commis par les jihadistes, a ému le monde entier mais son attribution à l’armée syrienne était un mensonge de plus que le Frankfurter Algemeine Zeitung a vite dénoncé, mais que les médias aux ordres continuent à propager (les victimes étaient uniquement de familles opposées aux terroristes).

_____Avec l’accusation de l’attaque chimique d’août 2013, la propagande anti-syrienne a atteint des sommets grotesques, accumulant les montages dont certains ont été fabriqués en Israël mais présentés comme des trouvailles des services secrets US ou français. La visite les 24 et 25 août derniers de Laurent Fabius en Israël pourrait ne pas y être étrangère, estime Clément Dousset.

_____Et ce sont les instigateurs de la guerre et amis des pires terroristes qui prétendent donner des leçons d’indignation et de morale, alors que les crimes commis par les mercenaires en Syrie dépassent toute imagination. Entre le 10 et 18 août, résume Bahar Kimyongur, les jihadistes

“ont massacré des femmes et des enfants alaouites dans les villages surplombant Lattaquié, des chrétiens à Wadi Nassara dans le gouvernorat de Homs, des kurdes yêzidis au village d’Assadiya sur la route de Hassaké, des chiites à Noubbol et Zahra et des Kurdes (pourtant sunnites) dans la plupart des zones contrôlées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG).
Ici, la
vidéo terrifiante de l’exécution de deux enfants chiites par les « l’Etat islamique d’Irak et du Levant », dans le nord d’Alep. Au même moment, deux soldats loyalistes ont été capturés vifs dans un endroit inconnu et interrogés avant d’être exécutés. Les bourreaux ont filmé l’interrogatoire. Dès le début, le premier bourreau demande compulsivement:

– De quelle confession es-tu ?

Le soldat capturé a à peine le temps de répondre « alaouite » qu’il reçoit un coup au visage, puis deux gifles.
– Quelle confession? insiste le bourreau. – « Alaouite » répète le prisonnier. La victime est à nouveau roué de coups. Il se redresse. Le deuxième bourreau s’y met :
– Nous n’avons pas bien entendu. Répète ! – La victime guère impressionnée dit encore : « alaouite ». Nouveaux coups au visage.
– Je jure par dieu que nous allons tous vous brûler avec la maison des Assad, peste le deuxième bourreau…

À la vue de ces images de tortures, on comprendra sans doute mieux pourquoi des millions de Syriens issus de toutes les communautés se sentent protégés par le gouvernement de Damas, pourquoi l’autre Syrie, celle que nos médias s’obstinent à boycotter, résiste avec tant d’ardeur aux assauts des milices takfiries et génocidaires soutenues par Washington et ses partenaires stratégiques (France, Angleterre, Turquie, royaumes du Golfe et Israël) – Bahar Kimyongur, le 19 août 2013”.

_____Auparavant, les mercenaires avaient commis d’autres massacres encore, à Germana (80 morts) et à Khan al-Assal – plus de 200 citoyens civils et militaires (le 29 juillet). On n’en finirait pas de les énumérer, sans oublier les odieuses attaques à la bombe, faite pour tuer le plus de civils possible, comme par exemple le 7 août dernier à Damas. Cette stratégie de terrorisme en connivence de nombreux Etats s’appliquerait même à une échelle mondiale, selon le secrétaire du Parti communiste syrien, Ammar Bagdash. En tout cas, le décompte des victimes de la guerre fomentée en Syrie est bien autre que ce qu’on dit dans les médias, aux dires mêmes de l’officine de propagande appelée OSDH (basée à Londres et financée par des Etats du Golfe) qui sert de référence depuis deux ans : très majoritairement, il s’agit de victimes loyalistes (lire le premier commentaire, ou ici). Il est vrai que rien n’est dit des pertes subies par les hordes de mercenaires étrangers (dont les médias ont interdiction de parler).

• Sortir des stratégies mondialistes de pouvoir

_____Les Syriens n’en peuvent plus d’être assassinés, rackettés, pillés, obligés de fuir loin de chez eux, réduits à la misère du fait de la destruction systématique de toutes les infrastructures par les terroristes, et enlevés même (contre rançon ou, dans le cas de jeunes filles, pour servir de plaisir aux jihadistes). On comprend pourquoi le peuple s’est rangé massivement, ainsi que la plupart des opposants, derrière le gouvernement qui s’est réformé et possède une assise bien plus large que celui – par exemple – de la France. Mais les véritables criminels, ceux qui portent la responsabilité de la guerre, ne sont pas syriens ; ils ils sont à Washington et dans les capitales des pays vassaux et financent la guerre terroriste. Dans ce but néfaste, le seul Qatar a déjà dépensé plus de trois milliards de dollars (mais, actuellement, l’Arabie Saoudite le supplante). Le but de ces deux régimes théocratico-totalitaires est d’installer à Damas un gouvernement islamiste à leur solde, conduisant à l’éradication des chrétiens (les « Frères musulmans » égyptiens n’ont pas caché ce but, et l’ont appliqué autant qu’ils le pouvaient).

_____Dans ce qui est raconté par les grands médias aux ordres concernant la Syrie depuis deux ans, ainsi que dans beaucoup d’autres domaines, rien n’est jamais vrai. Le but des médias globaux n’est plus en aucun cas d’informer, mais d’accréditer et de répandre les directives émanant des groupes d’intérêts qui les possèdent. Les médias font partie des investissements du crime mondialisé, et on ne voit pas pourquoi il en serait autrement, l’argent ayant aujourd’hui tous les droits et les consciences s’achetant pour une bouchée de pain. “Des faux prophètes surgiront nombreux et abuseront bien des gens. Par suite de la multiplication des iniquités, l’amour se refroidira chez le grand nombre. Mais celui qui aura tenu bon jusqu’au bout sera sauvé” (Mt 24,11-13).

_____La prière des chrétiens doit continuer. Aucun danger de guerre ouverte sous l’égide des USA n’est encore écarté, et il semble même qu’un scénario d’agression lancée par le seul régime saoudien (mais soutenue par l’OTAN et Israël) soit envisagé – plutôt que de reprendre les négociations. Or, c’est à cette intention des négociations et à elle seule, dans la vérité et le rejet des mensonges, que le Saint-Père et la totalité des Evêques d’Orient invitent à prier. Ainsi qu’à soutenir les réfugiés.

Un officier US qui a une conscience.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *