Egypte: à nouveau l’anti-christianisme ordinaire

Le dégoût suscité par les Frères Musulmans et leur ex-président Morsi et les efforts du nouveau gouvernement n’ont pas modifié en profondeur la mentalité anti-chrétienne d’une partie importante de la population musulmane. Après un temps plus calme, les persécutions ont repris – notamment les enlèvements.

Un copte libéré, beaucoup d’autres encore captifs – ou morts

 Mercredi 17 septembre 2014

Wadi Ramsis, un médecin copte capturé par les islamistes du Sinaï voici deux mois, vient d’être relâché après versement d’une forte somme, selon les autorités égyptiennes.

La prise de coptes en otage – et particulièrement de notables, capables de payer, et d’enfants, dont les parents seront prêts à tout pour les retrouver vivants – est désormais un phénomène récurrent en Egypte.

En mai dernier, cinq personnes « non identifiées » ont kidnappé, revolver à la main, un pharmacien copte à Sohag, dans la Haute Egypte. Peu après la fin de la prière du vendredi, une voiture s’est arrêtée devant la pharmacie et ses passagers ont ouvert le feu, puis ils se sont précipités à l’intérieur pour emmener aussitôt le responsable, un M. Marcos, copte âgé de 52 ans.

En avril, Isaac Eli, un autre copte, marchand de bois, a été enlevé par quatre personnes « inconnues » munies d’armes automatiques. Il travaillait devant sa maison lorsqu’elles surgirent brusquement et le forcèrent à monter dans leur voiture, qui démarra aussitôt. Plus tard, un de ses proches reçut un appel téléphonique exigeant une rançon élevée : 500 000 livres égyptiennes, environ 65 000 €.

Idem, fin mars, pour Shenouda Riad Mousa, si ce n’est que la rançon exigée se montait à un million de livres égyptiennes – un montant exorbitant en Egypte.

La logique de toutes ces personnes « inconnues » semble simple : selon la sharia, d’après le verset 9,29 du Coran, les chrétiens et les juifs doivent payer la djiziya, un tribut spécial qui leur évite vexations et pillages. Cette pratique a cessé au XIXè siècle, grâce à l’intervention des puissances européennes, mais ces personnes « inconnues » ont entrepris de la rétablir à leur profit, en ressuscitant par la même occasion la bonne vieille pratique du rapt, elle aussi tombée en désuétude pour des raisons similaires. [En attendant sans doute de rétablir également le trafic d’esclaves pour ceux dont les proches ne pourront pas payer – NdT]

Raymond Ibrahim (traduction)

2 thoughts on “Egypte: à nouveau l’anti-christianisme ordinaire

  • 27 décembre 2015 at 19 h 50 min
    Permalink

    En Irak, par exemple, on n’en est plus au dialogue impossible, mais à la suite logique de cette constatation. De toute façon, à terme,la tolérance vis-à-vis des religions du livre (les autres, athées, animistes etc. sont plutôt à massacrer d’office, avec horreur) consiste à laisser à leurs fidèles la possibilité de renoncer à leurs égarements en se convertissant à l islam.
    Il semblerait même (je ne me souviens plus de la référence et il faudrait qu’un spécialiste des religions nous la rappelle) qu’un musulman ait le pouvoir merveilleux de sauver par le meurtre deux âmes d’un coup (génial, leur prophète, il a tout prévu): celui qui tue un infidèle (un de nous) l’expédie au paradis d’Allah, par privilège en somme (chic!) et bien sûr lui aussi ira directement au même paradis (avec du lait, du miel et des houris) pour cette vertueuse action.
    Remarquons alors combien les musulmans que nous côtoyons sont demeurés patients et prudents face e0 une telle tentation de bien faire !

    Reply
    • 5 janvier 2016 at 10 h 24 min
      Permalink

      Ce commentaire qui provient de Facebook doit être rectifié.
      D’abord, les chrétiens d’Orient ont un « vivre ensemble » avec les musulmans depuis des siècles, ce dont on est loin ici. En Europe, notamment à cause du repliement communautariste musulman – caractérisé notamment par la cuisine à part (les menus halal) qui permettent d’exclure des autres et de s’exclure, il faudrait parler davantage de « vivre à côté ».
      Ensuite, c’est une grave erreur de confondre la doctrine islamique (Coran et Hadith) et les musulmans eux-mêmes qui sont pris dans ce système (qu’ils n’approuvent pas nécessairement).
      Enfin, il n’existe aucun passage du Coran ni des hadith qui dirait que la victime d’un musulman irait au Ciel ; ce serait plutôt le contraire.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *