La Bible serait-elle née écrite ?

——La  Bible serait-elle sortie du calame d’écrivains inspirés ? Pour ce qui est des écrits du Nouveau Testament, s’agirait-il de productions écrites de communautés chrétiennes, et cela des dizaines d’années après les événements liés à la vie de Notre Seigneur, comme on le lit encore ?

____Nous ne résistons pas au plaisir de reproduire la réponse d’Yves Beaupérin à l’article désinformant paru dans le hors-série d’automne 2012 de la revue « Le monde de la Bible », où l’on trouve ces opinions tenaces.

« LA BIBLE EST NEE ECRITE… »

____Telle est l’affirmation de Benoît de Sagazan que nous lisons dans le hors série d’automne 2012 de la revue « Le Monde de la Bible », p. 23. Il semblerait, toutefois, que la Bible née écrite dont parle cette revue vise spécialement l’Ancien Testament, si l’on en juge par les articles qui y sont contenus.

Une tradition orale « techniquement impossible », dixit Pierre Gibert…

____Cette affirmation de Benoît de Sagazan est la conclusion qui s’impose après la lecture de l’article du Pierre Gibert, dans la même revue, que de Sagazan résume ainsi : « L’écriture de la Bible a-t-elle été précédée d’une longue tradition orale ? L’exégète Pierre Gibert réfute catégoriquement cette supposition et met en évidence qu’elle n’a jamais été démontrée et qu’elle se révèle techniquement impossible. C’est l’écrivain qui élabore l’oral et non l’inverse… ».

____La démonstration de Pierre Gibert s’appuie d’abord sur une affirmation de Jean Astruc, « l’un des pères fondateurs de l’exégèse moderne » au XVIIIe siècle, dont toute la solidité de la démonstration repose sur l’argument suivant : « il est difficile de se persuader que, dans une tradition plusieurs fois répétée, on ait pu se souvenir exactement [suivent quelques exemples] ».

_____Il est difficile, en effet, à des gens de style écrit, dépourvus de toute mémoire digne de ce nom, d’imaginer que d’autres personnes de style global-oral puissent avoir une mémoire différente et efficace, capable, comme le fait la mémoire des griots africains, de retenir la généalogie de tous les membres de la tribu et de permettre, par exemple, à Alex Haley, ce descendant d’esclave africain exporté aux Etats-Unis et auteur du livre Racines, de retrouver l’histoire de son lointain ancêtre Kounta Kinté. Ou encore comme la mémoire de la caste des historiens Achantis retenant les généalogies depuis des temps immémoriaux, sans aucune variation possible du texte oral, puisque toute variation est sanctionnée par la mise à mort de son auteur. En cette matière, ce n’est pas d’impressions personnelles, d’homme blanc lettré, dont on a besoin mais de faits observés sur le terrain (suite de l’article de Yves Beaupérin – PDF à télécharger).

—————————————

——–EEChO a à coeur de montrer que la civilisation du temps du Christ était une civilisation orale. On a longtemps tenu l’oralité pour une sous-culture, juste bonne à transmettre des contes, à amplifier des histoires, à transmettre sans rigueur et par bribes un patrimoine. Or l’étude des sociétés à tradition orale encore vivantes montre le contraire. Jésus n’a rien écrit ni apparemment voulu écrire, parce qu’il voulait que sa Bonne Nouvelle soit transmise de cœur à cœur (texte en PDF).

——Voici également quelques vidéos sur le thème de l’oralité  évangélique et apoststolique :
——Pierre Perrier : La source Q

  1. Qu’appelle-t-on la source Q ? D’où-cela vient-il ? Comment ça marche ? Une approche rationnelle qui bénéficie des avancées et des erreurs des théories précédentes, qu’elle dépasse enfin.

——Père Frédéric Guigain : La pratique orale de l’Evangile à l’âge apostolique.

  1. Exposé de 40 minutes du père Frédéric Guigain donné le samedi 14 mai 2011, à l’occasion de la sortie de son livre Exégèse d’Oralité, tome 1 : Comment les apôtres recevaient-ils l’enseignement de la part de Jésus, et comment le transmettaient-ils ? Apprentissage par coeur, transmission orale, structure hiérarchique forte, enseignements dans les synagogues et dans les maisons, traductions simultanées…
  2. Interview de Père Frédéric Guigain le 22/06/2012 sur Radio Courtoisie, avec l’abbé de Tanoüarn : Origine des évangiles : comment les disciples du temps de Jésus sont-ils passés de l’oralité des sermons et des enseignements vocaux à la mise par écrit de la parole du Christ sous forme de récit ?

Evangiles-de-loral-a-lecritPierre Perrier : Evangiles de l’oral à l’écrit (2000) – Les colliers évangéliques (2003) – La transmission des Evangiles (2006) aux éditions du Jubilé

Père Frédéric Guigain : Exégèse d’Oralité aux éditions Cariscript

Le père Frédéric Guigain anime plusieurs écoles d’oralité à Paris et en région parisienne.