Un film pour Pâques: « Jésus, l’enquête« 

Jésus, l’enquête (« The case of Christ »)

par Françoise Breynaert

La bande annonce de ce film (réalisé par Jon Gunn, sorti en 2017 en VO) ne m’avait pas plu. Or elle cache un film remarquable.

Lee Strobel, un journaliste rempli de perspicacité se fait récompenser pour son travail. Mais voilà qu’en ce jour de fête, sa fillette s’étouffe et ne doit la vie qu’à la présence d’une chrétienne qui a « entendu » le Seigneur lui dire de venir dans ce restaurant là…

Or, ce journaliste professe un athéisme radical. Son épouse, quant à elle, se laisse interroger, elle va remercier sa bienfaitrice, la suit à l’Eglise, et son mari se fâche un peu… Elle commence à prier, et un jour, elle se fait baptiser… Son mari en devient fou. Il est jaloux de ce Jésus qui lui prend sa femme et semble l’épouser. Il rentre ivre.

Il croit que sa femme a été manipulée et il veut la sauver de cette secte obscurantiste ! Il va à la recherche des preuves de l’ineptie de la foi chrétienne, et notamment de la foi en la résurrection du Christ.

Notre enquêteur fait son chemin, il prend l’auto, le train, l’avion, à la recherche des spécialistes les meilleurs…

Les écrits chrétiens ? Les récits des évangiles sont bien davantage fiables que l’Iliade et l’Odyssée… La somme des manuscrits anciens pour Aristote tiendrait en une mètre cube, il faudrait 2km de haut pour empiler les manuscrits anciens du Nouveau Testament…

Hum, hum…

Mais les premiers témoins de la résurrection ne sont que des femmes – raison de plus, on n’aurait jamais inventé une telle histoire ! Mais les récits sont différents – toute enquête de justice accepte les variations des témoignages du moment que la trame est la même, et si, au contraire, les témoignages étaient trop similaires, il faudrait avoir de sérieux doutes…

Alors Jésus n’est pas mort ? Allons voir un grand médecin ! Celui-ci vient de sortir un article scientifique dans une revue scientifique : si l’on peut survivre à la crucifixion, Jésus, lui, est sans aucun doute possible vraiment mort, de son cœur transpercé ont jaillit l’eau et le sang parce qu’il était tout à fait mort ; les soldats étaient des professionnels de la mise à mort, et, s’ils échouaient, ils étaient eux-mêmes mis à mort… Jésus est mort d’une manière atroce, après une flagellation qui lui arrachait les tissus et l’anémia fortement, il est mort dans l’effort d’une respiration qui l’obligeait à appuyer sur les plaies de ses clous…

Et pourquoi ?

La tension monte. Le couple est au bord du divorce. Mais la vieille amie apprend à la jeune épouse à écouter son mari, et à avoir confiance en Dieu malgré toutes les apparences contraires. Le temps s’écoule, interminable…

Saint Paul raconte une apparition collective du Ressuscité à 500 témoins ? Lee va interroger une grande psychiatre, athée, pour l’entendre évoquer une hallucination collective ! Et bien non, voici qu’elle lui explique que le fait que 500 personnes fassent le même rêve est encore plus improbable que la résurrection elle-même !

Et voici que cette psychiatre l’interroge sur son père, car la plupart des grands athées ont des blessures paternelles (père absent, ou père violent….). Or, notre cher journaliste se croit malaimé de son père… Jusqu’au jour de ses funérailles… Alors, montant dans son bureau, il découvre que ce vieux papa gardait tous les articles de son fils, avec admiration et affection…

Et puis, notre cher journaliste fait une erreur au Chicago Tribune : un homme dénonce son gang tout en tuant des policiers, mais ce jour-là, la crapule avait jeté son arme et le flic s’était blessé lui-même par une balle cachée dans un stylo bille ! Ce jour-là, ce type qu’il accuse publiquement sans son journal était innocent ! Il se rend compte qu’il peut, lui aussi, se tromper.

Le couple part en soirée pour se retrouver, et, en dansant doucement, se dire dans le creux de l’oreille l’un à l’autre le secret de leurs quêtes spirituelles.

Encore un peu de temps, un peu de patience, quelques prières. Le temps aussi de quelques nouvelles enquêtes… et notre chercheur de vérité arrivera à la lumière de la foi, avec des mots simples et profonds, dans l’intimité du séjour familial. Eclosion printanière. Larmes de joie de deux cœurs sincères qui se retrouvent enfin. Et joie, aussi, d’une petite fille rassurée, devenue un peu plus grande…

Ce film raconte une histoire vraie.

Une histoire humaine, si belle dans sa sincérité et ses fragilités, son courage, sa force…

Qui est aussi une histoire divine. Celle de notre Père le Créateur à la recherche de chacun de ses fils… L’histoire de Jésus qui se laisse trouver par les Nathanaël de notre temps, qui le cherchent sous les figuiers modernes… L’histoire de l’Esprit Saint qui protège l’amour d’un couple humain et le transfigure jusqu’à pouvoir dire : « Jésus a fait grandir mon amour pour toi d’une manière immense ».

Je n’ai peut-être pas très bien raconté, car je n’ai pas pris de notes pendant le film, mais à tous je conseille d’aller le voir… C’est une histoire vraie qui nous fait du bien à tous.

Christ est Ressuscité, il est vraiment ressuscité ! Sainte Fête de Pâques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *