Thomas et le christianisme en Asie

 L’apôtre Thomas et le christianisme en Asie –
recherches historiques et actualité

Dossier de presse
Présentation de l’éditeur :

Les récits traditionnels relatifs aux pérégrinations en Asie de l’un des douze apôtres, Thomas, sont-ils fondés ?
Que sait-on aujourd’hui de sa venue en Chine puis de son retour en Inde ? Et au sujet des suites de son action au service de l’Evangile ? Le seul colloque international qui ait jamais abordé de telles questions s’est tenu fin 2012 à Paris.
Cette première mondiale a regroupé les recherches les plus novatrices et pointues sur ces sujets, relancées ou initiées par les découvertes faites récemment en matière d’archéologie et d’historiographie chinoises. Il en ressort une convergence impressionnante de documents provenant de disciplines diverses, qui permet de retracer de manière assez précise la partie la plus étonnante de l’épopée de l’apôtre Thomas : ses trois années en Chine. Les plus importants d’entre eux sont présentés dans cet ouvrage qui constitue ainsi un outil inégalé pour la communauté scientifique, ainsi que pour tous ceux que passionnent les grands enjeux humains.
En effet, la masse des documents sinologiques et autres, qui retrace les traditions relatives à l’action de cet apôtre, éclaire d’un jour nouveau l’ensemble de la question des origines chrétiennes : on sort enfin des images habituelles pour redécouvrir la dimension universelle et multiculturelle du christianisme. Celle-ci est illustrée dans la seconde partie de l’ouvrage par des témoins engagés aujourd’hui sur les pas de ce voyageur extraordinaire qui a parcouru la Mésopotamie, l’Iran, l’Inde, et la Chine.

Chez tous les bons libraires, sur le web et en particulier ici

Complément :

____Depuis l’exégèse moderne, les voyages des apôtres hors du monde romain ont été considérés comme inconnaissables ou légendaires, mais la redécouverte inopinée en 1981 d’une falaise sculptée dans le grand port ancien de la Chine, Hai-xhou (aujourd’hui Lianyungang) ouvre le débat sur des bases nouvelles et massives. Il s’agit d’une sorte de frise en trois tableaux, datant des années 69-71 du premier siècle (les annales chinoises en parlent) et représentant une centaine de personnages, gravés selon une technique qui en fait un style unique en Chine (mais non pas en Iran et dans l’empire parthe).
____Lors de cours donnés à l’Université de Nankin en 2007, Mr Pierre Perrier entendit parler de l’existence de ce vaste ensemble de sculptures que les archéologues chinois ne parvenaient pas à identifier ni à expliquer. Il s’attela à organiser une recherche pluridisciplinaire sur la question, malgré diverses entraves à la liberté de recherche. Le recoupement progressif des données n’a fait que confirmer une hypothèse qui apparaissait assez évidente à ceux qui connaissent l’Église de l’Orient – ce qui n’était pas le cas des Chinois mais bien de Mr Perrier –: cette frise, manifestement d’inspiration araméo-chrétienne, devait avoir un rapport avec le passage de l’apôtre Thomas en Chine dont parlent de nombreuses traditions orientales. On a découvert par la suite qu’un chercheur chinois, qui ne connaissait pas cette falaise mais qui était un spécialiste des archives impériales chinoises, avait pensé à la même cause. Et on découvrit plus tard encore que même des missionnaires occidentaux en Inde et en Chine avaient rapporté de telles traditions relatives au souvenir de la venue de l’Apôtre Thomas.
____Un premier bilan des recherches interdisciplinaires a été établi lors du colloque international « Sur les pas de saint Thomas » qui s’est réuni à Paris fin 2012 sous l’égide de l’Aide à l’Église en Détresse (AED) en coopération avec EEChO. Il a donné naissance à ce présent ouvrage. Celui-ci présente les contributions de nombreux chercheurs, toutes inédites, formant un outil inégalé pour la communauté scientifique, ainsi que quelques témoignages éclairants les enjeux séculaires du christianisme en Asie.

4 thoughts on “Thomas et le christianisme en Asie

  • 25 août 2013 at 17 h 45 min
    Permalink

    Chers amis pouvez-vous indiquer pour des provinciaux éloignés qui ne peuvent venir à cette présentation parisienne si cet ouvrage peut être acquis et réservé dès à présent.Merci pour votre réponse

    Reply
  • 10 septembre 2013 at 3 h 37 min
    Permalink

    Merci à vous pour vos bulletins si concrets par rapport à nos frères chrétiens d’Orient dans leur brûlante actualité, non seulement je lis ce que vous m’envoyez, mais je le partage généreusement, merci d’avoir mis votre barque à la suite de celle des Apôtres dans la remontée du courant plutôt que dans la descente du courant, dans le délitage … permanent de la désinformation … Merci d’exister. J’étais au colloque sur St Thomas, je me réjouis du livre qui va sortir et que je commande ce jour à l’AED. Merci à Pierre Perrier, Philippe Guigain, qui nous font toucher l’ Evangile en sa source.

    Reply
  • 21 février 2015 at 11 h 35 min
    Permalink

    Le miroir de Xuzhou est une formidable découverte, je vais tenter de me procurer le livre.
    En passant, serait-il possible d’avoir le passage en chinois classique sur le rêve de Mingdi ? Il me semble l’avoir aperçu sur une des ancienne vidéo de présentation de Pierre Perrier, hélas la résolution était trop basse pour arriver à le lire.

    Avec mes meilleures salutations.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *