Situation des chrétiens au Pakistan

PAKISTAN : tentative d’attentat meurtrier pour Noël à Lahore, violences quotidiennes, et condamnations pour « blasphème »

_____Des milliers de chrétiens pakistanais ont échappé à la mort après la programmation d’un attentat qui aurait du faire voler en éclats la cathédrale catholique de Lahore le jour de Noël, et qui a échoué quelques heures avant son exécution. Rappelons l’attaque subie par des chrétiens peu avant dans un village proche de Lahore Kot, Lakha Singh ; aucune arrestation n’a encore eu lieu, et les quelque 100 chrétiens du village ont encore trop peur pour renter chez eux. Evoquant la situation de Lahore dans un entretien à l’AED, le P. Nisari a fait savoir que la découverte de cartes et d’autres preuves a conduit à l’arrestation de six personnes liées à la tentative d’attentat contre la cathédrale.

_____La veille de Noël, un véhicule contenant de l’explosif et, semble-t-il, destiné à la cathédrale, a explosé (probablement par erreur) à trois kilomètres de Lahore, tuant un passant, qui a été identifié comme étant un catholique. D’après  Fr. Nisari, les six personnes arrêtées ont reconnu que leur intention était de provoquer un attentat contre la cathédrale durant la messe de Noël, jour de grand rassemblement pour les fidèles. (source : ZENIT)

_______________________________

_____L’AED dénonce « l’épouvantable » souffrance des chrétiens du Pakistan à la suite du viol, suivi du meurtre, de Shazia Bashir, petite fille chrétienne de 12 ans. Employée de maison dans une famille aisée de Lahore, le corps de la fillette présentait des signes de violence et de torture quand elle a été amenée à l’hôpital de Lahore le vendredi 22 janvier dernier. Les médecins n’ont pas pu la sauver. Les parents de la fillette indiquent que, durant plusieurs jours avant son décès en février, ils ont été empêchés de la voir par les employeurs.

« Ce n’était pas un acte de violence isolée, ont dit les évêques catholiques du Pakistan, mais cette employée de maison a souffert de manière habituelle d’une extrême violence ». De multiples rapports indiquent d’ailleurs que les filles chrétiennes provenant des familles les plus pauvres sont plus sujettes à êtres abusées physiquement ou sexuellement par leurs employeurs musulmans.

« Les chrétiens dans la société, spécialement les familles les plus pauvres, souffrent de toutes les formes de violence et de brutalité, indique Francis Sada, directeur du Centre d’Étude chrétienne de Rawalpindi. Nous avons enquêté sur une série de cas similaires, tous appuyés par des témoins », a déclaré Francis Sada. « La police et le gouvernement n’en font pas trop pour nous protéger, et plusieurs cas finissent dans l’impunité ».

_____Le 3 mars, un tribunal du district de Kasur a condamné un couple de chrétiens, Munir Masih et Ruqqiya Bibi, à 25 ans de prison pour « blasphème ». Selon le Centre for Legal Aid Assistance and Settlement (CLAAS), le juge Ajmal Hussein a condamné le couple pour avoir touché le Coran sans s’être lavé les mains ! L’incident qui avait eu lieu en décembre 2008 avait déclenché la colère des extrémistes musulmans qui avaient fait pression sur la police. Selon des informations non confirmées, ces extrémistes auraient payé la police pour que celle-ci découvre de nouvelles « preuves » pour justifier le verdict. A l’issue de l’enquête de police, le couple s’est vu accuser de blasphème (une loi instaurée en 2001). Ce qui en dit long sur la manière dont beaucoup de musulmans considèrent les « impurs ».

_____Munir Masih et Ruqqiya Bibi avait été libérés sous caution en janvier dernier, mais ils ont été ré-arrêtés après la décision du juge. Le mari a été enfermé dans la prison du district de Kasur, la femme dans la prison pour femmes de Multan. Ils ont tous deux entamé leur peine de 25 ans derrière les barreaux.

______________________________

_____Dans la région de Faisalabad, il faut se souvenir du meurtre de 8 chrétiens et de l’incendie de 70 maisons dans le village de Gojra le 1er août dernier. Le 28 août, cinq autres chrétiens étaient tués par balles dans le centre ville de Quetta (Bélouchistan). Les Pères dominicains P. Pascal Paulus et P. Iftikhar Moon ont été les témoins oculaires des meurtres du 1er août ; ils exercent leur ministère dans la paroisse du Saint Rosaire de Faisalabad qui a été incendiée. Leur témoignage est un fait nouveau :

« Le 1er août, 8 chrétiens ont péri, brûlés vifs. La foule avait attaqué un groupe de chrétiens, dans lequel se trouvaient trois enfants, trois femmes et deux hommes. Ils ont pillé et incendié 70 maisons de chrétiens, profanant également deux églises à Gojra », a-t-il poursuivi. La foule en colère a saccagé les maisons, mis en pièces des bibles et autres livres sacrés, détruit les croix, tout dévasté et brûlé. Les chrétiens dont les maisons avaient été incendiées se retrouvèrent sans rien ». Il faut le dire, la police de Gojra et les autres forces de sécurité n’ont rien fait pour éviter ces faits et ont négligé l’appel lancé contre les chrétiens qui avait été lancé dans les mosquées. La Police est intervenue quand tout était fini et qu’il était trop tard » (source : Zenit.org).

____________________________________

_____Dans beaucoup de pays musulmans, l’insulte à l’égard de l’Islam est un moyen de punir, explique encore le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Cette accusation est employée souvent contre toute opposition, qu’il s’agisse de journalistes, de dissidents ou de chrétiens. Par exemple, le 11 janvier dernier, le chrétien Imran Masih fut condamné à la prison à vie sous le chef d’avoir brûlé un Coran ; c’est un autre commerçant, un voisin musulman, qui l’avait accusé – sans aucune preuve, d’ailleurs –; il n’avait brûlé que des vieux papiers. Ainsi ce commerçant voisin s’est accaparé son échoppe.

_____En 2009, 125 chrétiens furent accusés de blasphème au Pakistan ; une douzaine d’entre eux ont déjà été condamnés, parfois à la peine capitale. En Algérie, des journaux ont annoncé qu’un prêtre voulait convertir des Musulmans, donnant son adresse dans un appel peu équivoque à l’éliminer (ce ne fut pas le cas, les Algériens en ont assez avec 200 000 morts). En Ouzbekistan, une émission de chaîne publique de télévision, Sous l’emprise de l’ignorance (= l’état des non musulmans), décrivait les chrétiens comme des satanistes qui emploient des drogues pour convertir des musulmans. C’est qu’effectivement, il y a des conversions. Même en Egypte, le ministre des religions a récemment défendu la légalité de la peine de mort pour les convertis, alors qu’une telle loi n’existe pas en Egypte !

_____Même au Maroc, pays si ouvert, des problèmes apparaissent (on peut signer une pétition ici).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *