Récit en images de notre concert du 22 janvier 2011

Samedi 22 janvier 2011, plus de 700 personnes venues de toute la région parisienne se sont retrouvées dans l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes pour une rencontre-concert qui sortait de l’ordinaire. À cause de son thème : « les témoins martyrs » ? À cause du nombre exceptionnel de ses participants : 19 communautés catholiques et orthodoxes ? Par la puissance spirituelle que tous les chants ont dégagé ? Du fait de la fraternité qui marqua toute la rencontre qui se clôtura la rencontre autour d’un goûter ? Sans doute était-ce tout cela à la fois, et bien plus encore…

_____L’histoire ne commence pas au matin de ce samedi 22 janvier 2011, mais bien plus de 1600 ans auparavant, soit en mars de l’année 324, sous le règne de Licinius, empereur de la partie orientale de l’Empire Romain. Bien qu’ayant signé d’un commun accord avec Constantin 1er, l’Edit de Milan ordonnant la liberté de conscience dans tout l’Empire, notamment pour permettre aux chrétiens de célébrer librement leur culte, Licinius ne sera pas long à revenir sur sa parole et à infliger de terribles persécutions aux chrétiens de son empire. Alors que terrorisés, bien des chrétiens renonçaient à leur foi, quarante jeunes soldats de la Douzième Légion en Arménie romaine (Turquie actuelle), se rendent aux autorités en proclamant leur foi chrétienne. Leur juge chercha d’abord à leur faire entendre raison : «  vous êtes jeunes, plein d’avenir, ne défiez pas stupidement l’ordre de l’empereur, et reniez cette foi ridicule, vous aurez la vie sauve.  » Les soldats ne cèdent pas. Le juge cherche à les amadouer, leur propose de l’argent, des grades militaires, des honneurs…  » Allons, vous êtes des soldats fidèles et courageux, ne finissez pas condamnés comme des malfaiteurs !  » Comme aucun ne cède, le juge les menace alors de supplices et de tortures. Rien n’y fait, les Quarante restent inflexibles. Le juge décide alors de les condamner à passer la nuit (en plein hiver) sur un lac gelé, nus. Les quarante courageux soldats ne se plaignent pas du supplice et se dépouillent aussitôt de leurs vêtements, comme s’ils  » se dépouillaient du vieil homme  » nous raconte saint Basile dans une homélie composée quelques années plus tard. Le juge laisse un bassin d’eau chaude à proximité pour tenter de les faire fléchir. Ce bain chaud aura raison de l’un d’entre eux. Se précipitant dans l’eau brûlante, il pense sauver sa vie. Mais tout en perdant son âme, il perd également la vie : le choc thermique a raison de lui et le terrasse aussitôt. Le gardien du bassin, voyant cela est bouleversé par la foi de ces soldats et se convertit sur le champ, jette ses vêtements et va prendre, sur le lac gelé, la place du lâche afin que le nombre de quarante ne soit pas brisé. Au matin, les quelques survivants sont brûlés et leurs cendres dispersées dans le fleuve. Depuis, les Quarante martyrs de Sébaste sont honorés dans toutes les Églises chrétiennes, d’Orient et d’Occident. Constantin, outré par le comportement de Licinius prit les armes contre lui et devint bientôt maître de tout l’Empire romain, assurant ainsi la protection de tous les chrétiens.

_____Cette histoire, il nous faut la connaître, car les persécutions contre la foi chrétienne n’ont jamais cessé sur terre, bien au contraire, et notamment dans le pays qui a vu le matyre des 40 soldats de Sébaste et qui est aujourd’hui la Turquie. Le même problème de liberté de conscience se pose aujourd’hui dans tous les pays où l’Islam domine, et ailleurs. Le 20e siècle est le pire siècle des persécutions anti-chrétiennes, et le 21e commence mal.

_____En France, la figure du grand roi Saint Louis pourrait faire oublier le combat de la fidélité qui est celui de chaque génération. On l’oublie moins lorsqu’on regarde la figure de son cousin Saint Ferdinand III de Castille, unificateur des royaumes de Castille et Léon, et héros de la Reconquista. C’est lui, qui, en l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes est honoré, et c’est là que fut célébré ce concert en l’honneur des martyrs d’hier et d’aujourd’hui, morts pour rendre témoignage à la foi en Jésus-Christ transmis par les apôtres.

Les apôtres, colonnes de l’Église, sont représentés sous chacune des voûtes de la nef de l’église Saint-Ferdinand, signe qu’ils soutiennent tout l’édifice, et que c’est autour de leut témoignage vivant que se maintient l’unité des chrétiens.

_____Après un accueil prononcé par l’un des vicaires de la paroisse, le concert fut présenté par Isabelle De Raynal, organisatrice du concert.

_____La communauté syriaque entonna alors une hymne aux martyrs :  » Ils n’ont pas eu peur des juges, ni de leurs menaces. Eux qui se sont précipités vers leur tuerie, ils ont accepté la mort comme un don plein de vie.  » Et nous gardions en mémoire l’assassinat de Mgr Padovese et les nombreuses persécutions vécues par les chrétiens de toutes confessions en Turquie .

_____Le père Frédéric Guigain représenta la communauté maronite et chanta le tropaire «  Ami des hommes  » tiré du Trésor maronite.  » Saint es-tu, Dieu, Toi pour qui supportèrent les martyrs les tribulations de la part des persécuteurs. « 

_____Le choeur Qadish prit un chant en l’honneur de saint Pascal.

_____La communauté kabyle entonna un chant d’encouragement pour un jeune converti que sa mère tente de décourager.  » – Vois où tu vas, ce chemin te perdra. – Laisse-moi mère, laisse-moi mère, ce chemin me va très bien ! «  Pensons ici au sermon de saint Basile qui cite le cas de cette mère d’un des quarante martyrs de Sébaste, qui, plus vigoureux que les autres était encore bien en vie au petit matin. Au lieu de supplier le juge de l’épargner ou d’inciter son fils à renier sa foi, elle le porta elle-même sur le chariot qui le conduisait au bûcher, avec ces mots d’encouragements :  » Va, mon fils, lui dit-elle, achève ta glorieuse carrière avec ceux de ton âge, avec tes compagnons. Ne quitte point ton rang, ne parait point après les autres devant le Seigneur. « 

_____Alors, comme le chanta ensuite le chœur grégorien de Sainte-Cécile pour saints Denis, Rustique et Eleuthère :  » Les peuples racontent la sagesse des saints et l’Église proclame leur louange, leurs noms vivent dans les siècles des siècles. « 

_____Il fut temps de se tourner vers saint Jacques, apôtre de l’Occident qui annonça l’Évangile du Christ jusqu’à l’océan, et de lui adresser cette prière :  » Toi qui fus un homme de caractère et ambitieux, aide-nous à être forts dans la foi et à désirer les biens du ciel… « 

_____La communauté grecque nous rappela le martyr de celui qui donna sa vie le premier à l’image de son maître et seigneur : saint Étienne ; suivi d’un éloge aux martyrs.

_____Cet éloge se poursuivit par les voix de la communauté roumaine orthodoxe :  » Comment vous appeler, vous les saints ? Heruvimi, parce qu’en vous le Christ se repose ? Serafimi, parce qu’en vous il se glorifie ? Anges, parce que vous avez renoncé à votre corps terrestre ? Thaumaturges, parce que vous faites des miracles ? Innombrables sont vos noms mais encore plus vos dons. « 

_____Les Bulgares nous apprirent que les martyrs, par la force du Christ ont  » terrassé les tyrans et réduit à l’impuissance l’audace des démons. « 

_____Les Russes catholiques entonnèrent des tropaires en l’honneur de saints Boris et Gleb, puis la mémoire des évangélisateurs et martyrs d’Alaska fut proclamée, en aléoute.

_____La communauté arménienne implora la Vierge Marie :  » Intercéde pour nous, pour que ton enfant unifie sa Sainte Église. « 

_____Après un chant en géorgien, nous sommes partis sur les pas de saint Thomas.

_____La communauté chaldéenne prit un chant en l’honneur de saint Georges ( » veille sur les jeunes et ceux qui sont en guerre « ), puis Bashar, un chanteur d’Irak adressa une intense supplique à Dieu :  » Des éclats de plomb déchiquètent nos corps, les plaintes des orphelins déchirent nos entrailles agonisants, nous suivons ta croix malgré les douleurs, nous te suivons ô Dieu !  » Tous gardaient en mémoire le terrible massacre de la Toussaint dans l’église Notre-Dame de la Délivrance à Bagdad.

_____La communauté syro-malabare prit la suite demanda au Christ :  » aide-nous à souffrir aussi pour les péchés du monde et donne-nous la force de marche fidèlement sur le chemin de ta loi. « 

_____Un représentant de la communauté chinoise catholique récita alors un Je vous salue Marie en mandarin.

Le temps semblait s’être arrêté devant ce défilé continu de chants, de suppliques et de louanges, mais déjà deux heures s’étaient écoulées.

_____Le président de l’association EEChO invita les auditeurs à descendre dans la crypte pour prolonger ce temps de recueillement et de prière. 400 personnes vinrent s’asseoir dans ce lieu qui avait accueilli nos deux précédents concerts (Le premier concert, en 2009, avait pour thème : Pentecôte avec Marie, mère du Sauveur (voir une compilation i c i). Le second concert avait pour thème : Mages et Bergers sont venus l’adorer (voir des extraits i c i).
_____Là, les coptes orthodoxes demandèrent au Seigneur :  »
accorde-nous la rémission de nos péchés « , et rappelèrent la foi inébranlable des martyrs coptes :  » Ils déclarèrent même :  » Jésus est notre Dieu, mourir pour Lui qu’on aime, nous ne craignons le feu. «   » Pas de paroles de plus grande actualité après les massacres commis à Alexandrie.

_____Les éthiopiens nous entraînèrent alors dans une louange continue en l’honneur de Tekle Haymanot,  » choisi parmi beaucoup et beaucoup « , au rythme lancinant de leurs tambours et cymbales.

_____Puis, les voix de femmes du chœur grégorien de Paris clôturèrent le concert, en nous rappelant que  » les âmes des justes sont dans la main de Dieu, et le tourment des méchants ne les atteindra pas. Ils ont paru mourir aux yeux des insensés : ils sont pourtant dans la paix. Alléluia. « 

_____On ne pouvait pas terminer la partie « concert » de la rencontre sans prier ensemble, le père Edouard-Marie Gallez invitant les prêtres à bénir l’assemblée (certains avaient dû partir en vue d’une messe du soir). On récita alors la prière suivante :

 » Esprit de Dieu donné par le Fils pour mener la création vers le Père,

Rends-nous unis autour des successeurs des Apôtres que Jésus a choisis et envoyés de par le monde, Pierre et André, Jacques et Jean, Philippe et Barthélemy, Jacques le Juste et Jude Thaddée, Matthieu et Simon, Thomas et Matthias, avec l’aide de Paul, chacun ayant reçu la mission de témoigner de l’unique Révélation que tous ont pleinement reçue.

Apprends-nous à garder vivante ta Parole et à en approfondir le sens à la lumière du christianisme des origines, qui s’est répandu dès ce moment-là au cœur des grandes civilisations.

Inspire-nous afin que nous discernions nos missions au service du Christ et de son Église, au milieu des combats de ce monde, dans l’attente de sa Venue glorieuse, et fais-nous partager le sens profond de la fraternité chrétienne, Amen « 

_____Enfin, ceux qui le souhaitèrent terminèrent cet échange autour d’un goûter fraternel où les différents membres de chorales et de communautés purent se retrouver et tisser des liens nouveaux.

_____Voilà ce que fut le troisième concert de l’association EEChO pour demander au Christ l’unité de son Église autour du témoignage de ceux à qui il l’a confié : les douze apôtres qui diffusèrent Son enseignement en une génération vers le Caucase, vers l’Europe, vers la Mésopotamie, l’Inde et la Chine, et vers l’Afrique.

À l’an prochain pour la semaine de prière pour l’unité des Chrétiens, pour la plus grande gloire de Dieu !

Programme complet du concert, avec prières in extenso en français et adresses des communautés, à télécharger ici et ici.

Vous pouvez voir ici des extraits vidéo de ce concert (9 minutes).

Nous remercions tous les partenaires de cet événement et en particulier Témoignage Chrétien, l’Oeuvre d’Orient, KTO, Radio Notre-Dame, France Catholique, Pèlerin.

One thought on “Récit en images de notre concert du 22 janvier 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *