Quelques actualités islamologiques

  • Le coran en latin de Pierre le Vénérable, dit aussi de Robert de Ketton (1143), est enfin disponible sur le web : https://archive.org/details/CoranBibliander/page/n35.
    « Bibliander » est le nom de l’imprimeur très scrupuleux de 1550, et voici la première page du texte.

Mieux encore, on le trouve en parallèle avec des éditions en d’autres langues sur le site de l’Ihrim : http://corpus.ihrim.huma-num.fr/coran12-21/fr/sourates/s1. Le Coran de Petrus Venerabilis, qui s’appuie sur un texte arabe du VIIIe ou du IXe siècle, devient donc un objet aisé d’étude. Répartissant le texte sur 124 sourates au lieu de 114, il présente surtout des différences textuelles significatives (la synthèse Le messie et son prophète de Edouard-M. Gallez en a présenté quelques-unes en 2005). Espérons que les chercheurs qui utiliseront cet outil pourront s’exprimer et être entendus.

« Un grand nombre de détracteurs musulmans persiste à nier l’évidence des acquis de la recherche historique, de ses découvertes nouvelles. Celles-ci invalident désormais et sans le moindre doute possible le substrat de la tradition musulmane dont les grandes lignes prévalaient naguère dans les milieux scientifiques. Ces découvertes semblent inacceptables pour ceux qui font prédominer leur foi – ou leur fantasme – sur la réalité que la science a mise au jour. Ils s’enferment donc dans des stratégies de déni, de contestation de leur valeur scientifique, de moralisation des débats, attaquant les messagers pour s’épargner de considérer les messages. »

Parmi ses publications : Les schismes dans l’Islam, introduction à une étude de la religion islamique.

  • Sur ces mêmes questions : Maurice Saliba, L’Islam mis à nu par les siens – Anthologie d’auteurs arabophones post 2001, préface du Père égyptien Henri Boulad, septembre 2019.

Extraits de la préface : « L’islam mis à nu par les siens … [est à] considérer comme un des compendiums les plus complets et les plus succincts sur ce que les musulmans éclairés et les apostats de l’islam pensent et disent de leur religion. D’une parfaite objectivité, ce recueil de témoignages ne présente que des faits, rien que des faits ; des citations, rien que des citations. Mais c’est aussi un brûlot, une complainte et un cri de désespérance.

Voici enfin des musulmans ou ex-musulmans – dont certains étaient Frères musulmans ou des wahhabites – d’une honnêteté et d’un courage singuliers pour dénoncer les abominations commises au nom des textes fondateurs de l’islam. On sent chez eux un ras-le-bol, un refus de persister dans l’erreur et le mensonge. »
___________Henri Boulad s.j.

  • Un film algérien qui mérite d’être vu : Papicha

Film de Mounia Meddour, dont la présentation à Alger le 21 septembre dernier a été annulée par les autorités.
Dans l’Algérie des années 90, l’héroïne, Nedjma surnommée Papicha (jouée par Lyna Khoudri) affronte les menaces de groupes armés. Malgré le danger ‒ des assassinats sont commis à tout instant ‒, à 18 ans, elle organise un défilé de mode. Celui-ci se passe dans sa fac et sublime la beauté de ses contemporaines avec des fringues conçues sans voiles ni tabous.
Bande annonce : www.youtube.com/watch?v=oRmiR64_sZs.

  • Un livre :

Dans Comment j’ai sauvé mes enfants (Calmann-Lévy, 2016), Nadia Remadna dénonce l’abandon des principes républicains dans les banlieues et le maintien de la population immigrée dans leur culture d’origine, empêchant ainsi leur intégration. Récemment, elle accuse certains politiques de radicaliser sciemment les jeunes de banlieue. Hélas, c’est ce que font les médias depuis plus de vingt ans…

  • Pourquoi une telle complaisance envers l’islamisme ?

On parle parfois de clientélisme électoral, mais cette raison est marginale. Jean-Pierre Marongiu verse une pièce capitale au dossier, la corruption généralisée : Inqarcéré, éd. Nouveaux auteurs, 2019.

Emprisonné durant 4 ans et 10 mois dans les abominables prisons du Qatar, Jean-Pierre Marongiu, ancien chef d’entreprise, a été lâché par la diplomatie française jusqu’au jour où celle-ci a appris qu’il fréquentait en prison ‒ contre son gré ‒ les pires islamistes qataris revenus de Syrie, eux-mêmes emprisonnés suite à un revirement partiel de la politique du Sultan qatari. Comme il l’explique sur https://www.youtube.com/watch?v=haf_5aYkj_4, « Les politiques refusent de s’attaquer au problème du Qatar : ils reviennent tous les valises chargées de billets de ce pays ». La puissance de l’islamisme en Europe tient au fait que les Etats qui le commanditent arrosent l’élite politique occidentale depuis près de 30 ans, et c’est également à cette conclusion qu’arrive Nicolas Beau, auteur du Vilain petit Qatar, qui n’a pas eu droit aux médias comme Christian Chesnot et Georges Malbrunot, auteurs de Nos très chers émirs. Il explique que leur enquête ne lève qu’un “petit coin de voile sur la capacité de corruption des Qataris” et que, en fin de compte, “c’est un livre de chantage extrêmement bien fait auprès des politiques français pour leur rappeler qu’avec le Qatar il faut qu’ils sachent se souvenir des petits et grands cadeaux qu’ils ont pu recevoir.”
Voir aussi cet article de mediapart.

Partager cet article

4 thoughts on “Quelques actualités islamologiques

  • 12 novembre 2019 at 11 h 28 min
    Permalink

    Les 124 sourates correspondent-elles à un agencement différent des versets ou à des contenus supplémentaires ? A priori, le nombre de versets est le même, c’est juste leur assemblage qui est différent, est-ce bien cela ?
    Selon Pierre Perrier, le nombre de sourates (114) correspond à un nombre dans le calendrier liturgique synagogal (52 sabbats, + 5 fêtes, fois deux). On le retrouve également dans l’évangile de Thomas selon lui et ce serait lié.

    Reply
    • 13 novembre 2019 at 11 h 27 min
      Permalink

      C’est bien cela : les premières sourates sont découpées en plusieurs parties, ensuite les découpages correspondent.

      Reply
  • 15 novembre 2019 at 12 h 36 min
    Permalink

    Merci beaucoup pour cette précision. Il sera intéressant de voir si cette décomposition en 124 sourates et si les « différences textuelles significatives » se retrouvent ailleurs. Cela signifierait que Pierre le Vénérable a eu accès à une version plus ancienne du Coran où peut-être que l’origine judéo-nazaréenne de l’idéologie coranique et où la proximité linguitstique avec l’araméen est encore plus marquée et visible.

    Quant au chiffre de 124 sourates, s’il était plus confirmé, cela signifierait que la mise en correspondance des sourates et du calendrier synagogal des sabbats et fêtes religieuses ne se ferait pas de façon évidente même si c’est une piste intéressante si à la base le Coran est un lectionnaire. Peut-être en était-ce un à l’origine mais le texte a été tellement trafiqué et complété, les passages mélangés pour qu’on en puisse retrouver les auteurs (nombreux si on en croit la théorie des codes), qu’il est difficile à reconstituer. Mais c’est un travail crucial d’isoler les auteurs différents et les ajouts.

    Reply
  • 17 novembre 2019 at 20 h 30 min
    Permalink

    Il serait aussi intéressant de savoir ce qu’il faut penser du Coran des historiens paru aux éditions du Cerf.

    Et notamment si l’origine judéo-nazaréenne de l’idéologie islamique et la proximité linguistique avec l’araméen des textes coraniques anciens (ou encore l’impossibilité du site de la Mecque) commencent à être connus et reconnus dans des milieux scientifiques de plus en plus larges (et pas seulement chez quelques spécialistes hélas peu relayés voire censurés par complaisance coupable pour l’islamisme de plus en plus puissant en Europe).

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.