Prière mondiale pour la Syrie, 15-03-2015

25-05-2015 Avec l’AED

L’AED a reçu le 10 mars un message de l’archimandrite Emmanuel Youkhana, donnant les nouvelles récentes sur la région de Khabour en proie avec l’Etat islamique :

« L’État islamique a été vaincu et exclu de la rive nord du fleuve Khabour par des combattants kurdes et assyriens. (…) Jusqu’à présent, nous n’avons pas de nouvelles des quelque 250 captifs. Nous sommes donc encore en droit d’espérer et prions pour leur libération.

Les chrétiens assyriens ont subi trois persécutions en un siècle : assez ! Si notre Histoire est détruite, nos sites historiques démolis, notre présent sacrifié par tous les massacres, pouvons-nous avoir un avenir? Un futur est-il possible s’il n’y a plus ni passé ni présent ? C’est une obligation morale du monde international et civilisé de faire quelque chose. »

« Suite à l’avancée de Daech (ndlr: Etat islamique) qui contrôlait alors trois villages de la partie nord de Khabour, des frappes aériennes intensives ont été lancées par les États-Unis, et les combattants kurdes et assyriens ont contre-attaqué sur le terrain. Le siège de 14 combattants assyriens à Rakba (colline entre Tel Nasri et Tel Tammar) a pris fin et ils ont été libérés indemnes. Les trois villages Tel Nasri, Tel Maghas et Tel Hafyan sont à nouveau contrôlés par les combattants kurdes et assyriens. Daech a donc été vaincu et exclu de la rive nord du fleuve Khabour.

Jusqu’à présent, nous n’avons pas de nouvelles des quelque 250 captifs. Nous sommes donc encore en droit d’espérer. Nous espérons et prions pour leur libération.

Hier, lundi 9 mars, nous avons réussi à envoyer un camion avec du matériel de secours (médicaments, le lait et les couvertures) à Hasseke via Fishkhabour (à la frontière syro-irakienne). Nous sommes reconnaissants envers les autorités kurdes qui nous ont facilité le transport des deux côtés (irakien et syrien). Plusieurs oeuvres chrétiennes caritatives nous ont porté secours.

Je voudrais préciser quelque chose de très important au sujet des chrétiens assyriens ciblés par l’État islamique dans la région de Khabour : leurs grands-pères avaient survécu au génocide de 1915, les survivants avaient fui vers Dohuk, intégré au nouvel État irakien en 1932. Un an plus tard, le 6/7 août 1933, un nouveau massacre a eu lieu à Sumail/Semele près de  Duhok, ciblant spécifiquement les chrétiens assyriens. (Hasard étonnant, l’État islamique a contrôlé la plaine de Ninive le 6/7 août 2014 !!!) Ils ont survécu à ce nouveau génocide et ont fui vers la région de Khabour en Syrie pour commencer une nouvelle vie.

Trois persécutions en un siècle pour un même peuple : assez !
Cela se passe en parallèle de la destruction de la mémoire assyrienne, l’histoire et l’identité de Ninive, Nimrud, etc.

La question est :
Si notre histoire est détruite, nos sites historiques démolis, notre présent sacrifié, pouvons-nous avoir un avenir ?
Un futur est-il possible s’il n’y a plus ni passé ni présent ?

Agir dépasse la capacité de la petite minorité que nous sommes.
C’est une obligation morale du monde international et civilisé de faire quelque chose.
Le peuvent-ils? Oui
Vont-ils le faire ? Je ne sais pas… »

Archimandrite Emanuel Youkhana
ܐܪܟܕܝܩܘܢ ܥܡܢܘܐܝܠ ܝܘܚܢܢ

 LE TEXTE DE LA PRIERE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *