Pour Allah, jusqu’à la mort

Pour Allah, jusqu’à la mort, Paul Landau, Monaco, éditions du Rocher, 2008.

Le 9 novembre 2005, une jeune femme belge, Muriel Degauque, se faisait exploser en Irak, devenant la première femme kamikaze européenne. Au même moment, s’ouvrait devant la cour d’assises de Douai le procès de Lionel Dumont, lui aussi converti à l’islam radical et membre du « gang de Roubaix » qui défraya la chronique dans les années 1990. En décembre 2001, trois mois seulement après les attentats du 11 septembre, l’Amérique tout entière découvrait avec stupeur sur les écrans de télévision le visage hagard et ensanglanté du « taliban américain », John Walker Lindh, capturé à Mazar-i-Sharif.

Qui sont ces « soldats perdus » du djihad ? Comment un jeune Français, issu d’une famille catholique ouvrière, ou un adolescent américain élevé en Californie peuvent devenir du jour au lendemain des musulmans aux idées radicales, en coupant tous les liens avec leur famille et leur milieu d’origine, et en sacrifiant leur liberté, voire leur vie, pour une cause dont ils ignoraient tout quelques années auparavant ? Quelles sont leurs motivations, avouées ou secrètes ? Pourquoi les services de renseignements européens sont-ils inquiets de l’expansion de ce phénomène et comment tentent-ils de le combattre ?

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.