Parution : Pierre Perrier, Marie, mère de mémoire

Pierre Perrier, Marie, mère de mémoire, éd. Jubilé, 2019, 340 pages, 16 €

__ Pierre Perrier, membre correspondant de l’Académie des Sciences et membre fondateur de l’Académie des Technologies, publie une nouvelle étude qui se présente comme une synthèse de l’histoire de la Révélation, vue par rapport à Marie et au mystère de l’Incarnation.

__ Il faut repartir de huit siècles avant notre ère, quand la déportation des tribus galiléennes en Mésopotamie, a préparé le réseau de diffusion du message de l’Évangile à toutes les nations. La Mésopotamie, creuset de la plus ancienne et brillante civilisation, était le centre d’un vaste réseau d’échanges et de commerces – où les Hébreux vont bientôt s’illustrer. Et c’est là que par révélation angélique, Daniel va prophétiser le Verbe. En l’an 26, année du baptême du Christ, beaucoup dans le peuple étaient dans l’attente du Messie précisément pour cette raison-là.

__ Marie, elle aussi objet de prophéties (en particulier Is 7,14), va se trouver au cœur du mystère qui s’accomplit, en le vivant d’autant plus consciemment qu’elle connaissait les Écritures comme personne. Mais c’est surtout après la Pentecôte, auprès des apôtres et des disciples qu’elle va jouer le rôle de mère de mémoire, inspirant et affermissant ceux-ci, et leur transmettant certains récitatifs.

De l’Abbé Emmanuel Gil :
« La science exégétique traditionnelle se heurte depuis l’avènement des sciences historiques à la cohérence des propos tenus et affirmés dans la Bible. Certains tenants de l’historico-critique vont même jusqu’à mettre en doute l’historicité des propos du Christ. D’autres affirment qu’il faut tenir la véracité en faisant confiance dans la Tradition donnée par l’Église sans donner des explications bien claires sur l’origine de la mise en place de ses « écrits » durant les temps apostoliques.

Pierre Perrier avec d’autres auteurs (Frédéric Guigain ou Jean-François Froger) travaillent depuis plus de vingt ans sur une autre approche qui renouvelle la mise en place de la Tradition des Saintes Écritures. Se basant sur la tradition orale en lien avec le corpus des Églises orientales qui semblent-ils ne sont pas passés par le grec mais directement par la langue du Christ, l’araméen (la Pshytta), ces auteurs nous ouvrent de nouvelles perspectives de compréhension de la manière dont a été transmise la Parole de Dieu.

Dans cet opus, Pierre Perrier nous fait découvrir le rôle déterminant d’un petit groupe de juifs, « le petit reste », préparé par Dieu attendant l’accomplissement des prophéties données par Gabriel au prophète Daniel (ch 9). Marie, la future Mère du Christ tient un rôle primordial dans l’œuvre salvifique, comme nous le savons mais certainement pas de la manière à laquelle nous le pensons. Préparée lors de son enfance à Nazareth puis au Temple, fiancée à un prince héritier du sud, formant Jésus à la plus grande sagesse de son temps, recueillant les enseignements sur la miséricorde et les premiers témoignages de la Passion et de la Résurrection sont les actes peu ou pas connues de la Vierge Marie dans notre formation.

Les sceptiques face à cette approche « originale » risquent de ne pas être convaincus car l’auteur a fait le choix judicieux de ne pas présenter ces sources qui doivent faire l’objet d’un autre livre. En tout cas, ce livre doit être présenté à nos frères protestants car il démontre l’action fondamentale de Marie dans l’élaboration des Saintes Écritures. Surprenant et rafraîchissant pour une nouvelle lecture de la parole. » (Note lecture parue dans La Nef)

Partager cet article

2 thoughts on “Parution : Pierre Perrier, Marie, mère de mémoire

  • 20 août 2019 at 9 h 21 min
    Permalink

    Ce livre est une merveille et un condensé de nombreux points de la pensée et des recherches scientifiques de Pierre Perrier ! Pierre Perrier décrit le « quatrain de Marie », à savoir la généalogie de Jésus dans Luc. Il indique que la première partie de cette généalogie est en fait un texte araméen, une sorte de jeu de mot de type mésopotamien, une sorte de « carré magique » donnant le nom des personnes ayant contribué à sa formation et à l’avènement de Jésus et destiné à les honorer. C’est une découverte sensationnelle, qui mérite à elle-seule un ouvrage complet. Espérons qu’un livre sera dédié à cette généalogie, donnant le détail de l’explication de ce quatrain de Marie, car il est urgent que cela soit connu. D’ailleurs on peut espérer que les prochaines traductions de l’araméen de ce « quatrain » donneront le véritable sens de ce texte. L’évangile de saint Luc mérite une traduction qui explique clairement cette mystérieuse généalogie.

    Et qu’il soit aussi précisé dans un futur ouvrage ou article si cette explication est compatible avec les deux explications traditionnelles de la double généalogie de Jésus : généalogie par Marie chez Luc et par Joseph chez Matthieu ou généalogie légale chez Luc et biologique chez Matthieu (les deux pouvant d’ailleurs se combiner).

    Reply
  • 2 novembre 2019 at 12 h 41 min
    Permalink

    Par ailleurs, ce livre contient des informations peu connues ; il y est expliqué que les parents de Jésus représentent les deux lignées royales du nord et du sud ; autant cela est connu pour la lignée royale du sud, celle de Juda, autant pour celle du nord, cela est ignoré. Cela mériterait des développements.

    De plus, il est expliqué que certaines vérités peuvent être découvertes dans les couches rédactionnelles les plus anciennes de certains apocryphes notamment le Protévangile de Jacques. Là encore, on espère que des chercheurs, des doctorants, des savants publieront des études approfondies sur ce sujet, et qu’elles seront connues dans l’Église universelle ne serait-ce que pour qu’on puisse honorer en pleine conscience le nom des parents de la Sainte Vierge.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.