Eglise éthiopienne orthodoxe: nouveau Patriarche

____L’Eglise éthiopienne orthodoxe vient, elle aussi, d’élire un nouveau patriarche, Abuna Mettias (actuel archevêque éthiopien de Jérusalem depuis 2006).

____Elu le 28 février, intronisé le 3 mars, à la Cathédrale de la Trinité à Addis Abeba, il succède à Abuna Paulos (venu à deux reprises à Paris assez récemment), décédé le 17 août dernier. Il devient le 6ème patriarche éthiopien orthodoxe depuis que cette Eglise s’est séparée de l’Eglise copte orthodoxe d’Egypte pour devenir autocéphale en 1948.

____Cette Eglise très ancienne, fondée sur les traces des apôtres Mathieu et Mattias (celle d’Egypte ayant été organisée par Marc, l’un des 72 disciples et évangéliste, envoyé par Pierre depuis Rome) utilise le guèze (ou vieil éthiopien) dans sa liturgie (ainsi que l’amharique, la langue officielle du pays) et est très marquée par l’Ancien Testament. Chaque église se voit sacralisée par une réplique de l’Arche d’Alliance consacrée par l’Abuna, l’évêque métropolite.Le « tabot », planchette sacrée, représentant les tables de la Loi est ainsi conservée sur l’autel, dans le sanctuaire.

____L’Eglise a une liturgie propre avec, en particulier, des danses lors des fêtes. Il faut cinq célébrants, dont deux prêtres, pour célébrer l’eucharistie. Il existe 14 anaphores (prières eucharistiques). Les däbtäras (chantres) exécutent des chants avec de longues mélopées. Ils les accompagnent de mouvements du corps. Chacun d’eux possède un bâton de prière (meqwâmiya) et un sistre qui rythme les chants. Des tambours (qabaro) rythment les danses lors des grandes fêtes et à la fin de la messe.

       Elle regroupe 53% des 90 millions d’Ethiopiens (dont 10 % sont en diaspora).

____Son chef porte le titre de  » Patriarche et Catholicos d’Ethiopie, Itchégué du Siège de Takla Haïmanot, Archevêque d’Aksoum ». Abuna Mettias aura à résoudre plusieurs défis, en particulier :
1) la division de l’Eglise (suite aux deux synodes de Washington et d’Addis Abeba) 2) l’organisation de l’administration ecclésiale très traditionnelle
3) les rapports avec les fidèles qui sont (persécutés) en Erythrée
4) la libération de l’Eglise de l’influence du gouvernement
et d’autres questions comme celle, séculaire, du monastère de Jérusalem pris par les Coptes en 1779 et que l’Eglise éthiopienne voudrait récupérer…

____N’oublions pas cette communauté dans nos prières, que nous pouvons rejoindre
1) à l’église ND de la Voie 102 avenue Jean Jaurès 91 300 Athis-Mons (le dimanche à 10h) ;

2) à l’église St Arbo 12 avenue du 14 juillet 92 290 Chatenay-Malabry (le dimanche à 10h également). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *