Mère Agnès-Mariam sur Haaretz + Sr Sara (vidéo)

Agnes-Marie1-300x155Voici deux témoins majeurs de Syrie, deux religieuses qui s’occupent de réfugiés syriens et qui témoignent. Ici, Mère Agnès-Mariam de la Croix, dont EEChO a relayé le témoignage dès août 2011, est l’objet d’un compte-rendu par le journal travailliste israélien Haaretz, ce qui est une première (à l’occasion de son passage en Israël… dont elle a dénoncé les implications dans le drame syrien).

DERNIERE MINUTE (16 nov.) : Après Sadnaya, Maaloula et la vallée du Barada et à la suite de nombreux sanctuaires chrétiens qui furent attaqués dans de nombreuses villes, régions et gouvernorats de Syrie, le village chrétien de Mismiyye (2000 habitants chrétiens) a été attaqué par l'ASL. Son Prélat actuel n'est autre que Mgr. ANTIBAS, ancien Exarque Patriarcal de l'Eglise Saint-Julien-le-Pauvre à Paris.

  Le courageux auteur de l’article n’est pas n’importe qui : Gidéon Lévy, éditorialiste (n°5774 du vendredi 15 Novembre 2013). Il ose aborder un sujet tabou, la présence depuis 2011 en Syrie de mercenaires /jihadistes en provenance du monde entier (ils qui forment aujourd’hui la majorité écrasante de ce qui est appelé « l’opposition syrienne armée »). Le numéro de La Croix du 15 novembre illustre ce tabou : les deux pages consacrées à la Syrie dénoncent la présence de combattants du Hezbollah venus du Liban pour appuyer (tardivement) l’armée nationale syrienne, mais il n’est fait mention d’aucun autre combattants étrangers. Dans des pays européens autres que la France, les journalistes ont cependant le droit d’en parler un peu – dans la mesure où il s’agit de ressortissants nationaux (partis là-bas gavés de propagande islamiste). Le sujet est également interdit en Israël : Gidéon Lévy ne reproduit d’ailleurs pas directement l’interview de Mère Agnès-Mariam, il en rapporte le contenu (sauf l’une ou l’autre phrase qu’il cite) – on peut penser qu’il prend déjà de gros risques ainsi…
_____________________

_____Selon Sœur Agnès-Mariam, il y a actuellement en Syrie 150 000 combattants djihadistes en provenance de 80 pays, très bien entraînés et disposant d’armes reçues d’Arabie Saoudite, de Jordanie, de Turquie et même des Etats-Unis. Elle affirme que certains sont drogués au Captagon.
_____La religieuse réside en Syrie et est la Mère Supérieure du Monastère de Saint Jacques Le Mutilé. Elle affirme que ces combattants djihadistes contrôlent 60% des zones habitées de Syrie. Et d’ajouter que le groupe rebelle islamique en Syrie, Jabhat Al-Nusra, désigné comme groupe terroriste par les Etats-Unis, est responsable de meurtres collectifs, de viols et de pillages qui ont eu lieu en Syrie. Elle affirme également que les combattants Tchétchènes sont particulièrement cruels et que parmi les combattants étrangers, se trouve un grand nombre de prisonniers libérés et de citoyens occidentaux. Selon elle, la majorité des Syriens soutient le régime du Président Bachar El Assad car ils craignent que le pays tombe entre les mains d’extrémistes musulmans. […]
____J’ai rencontré Sœur Agnès-Mariam cette semaine dans un couvent situé sur les hauteurs de Jérusalem, pas très loin d’Abou Ghosh. Elle visite Israël pendant quelques jours et la semaine prochaine, elle retournera en Syrie où elle vit depuis 19 ans. Sa vie est aussi surprenante que ses affirmations sur la situation là-bas.
____Elle a vu le jour il y a 61 ans et s’appelait alors Fadia Al-Laham. Elle est née à Jouineh au Liban (ses parents ont fui Nazareth en 1948). Son père est décédé quand elle avait 15 ans. Elle avoue d’elle-même avoir été hippie et un peu fleur bleue, avoir consommé de la drogue et navigué entre le Népal et l’Inde. Sa paume dissimulée par son habit de nonne porte encore les marques de tatouages réalisés en Inde – un souvenir de cette période de sa vie. Elle dit aimer écouter The Doors, les Rolling Stones ou encore Santana. Ses expériences indiennes l’ont amenée à embrasser une vie cloîtrée et pendant 22 ans, elle a vécu en totale solitude dans un monastère Carmélite situé dans une région reculée du Liban.
____Sœur Agnès-Mariam s’est installée en Syrie il y a 19 ans et avec l’aide de deux autres Soeurs, elles ont reconstruit un monastère en ruine situé sur la route principale entre Damas et Homs, à proximité du village de Qara. Elle est devenue Mère Supérieure du Monastère de Saint Jacques le Mutilé. En plus des Soeurs, on compte 20 réfugiés sunnites qui ont fui la guerre à la recherche d’un asile.
____Elle a été contrainte de quitter le monastère en juin 2012, après avoir reçu des menaces de plus en plus nombreuses car elle était suspectée d’être un agent du régime Assad. Son monastère est situé entre la zone contrôlée par l’Armée Syrienne Libre et celle aux mains des ‘’légions étrangères’’.
____Elle vit actuellement à Damas et est une militante internationale pour la paix. Elle tente de prévenir le monde sur les dangers d’une prise de pouvoir de son pays d’adoption par les djihadistes. Elle lutte contre ce qu’elle considère être une somme de mensonges. Elle essaie de contrer la propagande et la désinformation des médias arabes et internationaux en documentant les atrocités de la guerre pour l’organisation qu’elle a fondée. Elle est arrivée cette semaine pour rendre visite à des proches à Nazareth et participer à une conférence inter-religieuse en Israël. […]
____En tant que Libanaise, elle ne peut être suspectée d’être un agent du régime Assad parce que le Liban est de son point de vue sous occupation syrienne. […] Elle pense que le régime Assad est la seule chose qui puisse sauver la Syrie d’une emprise par Al-Qaïda, et que la majorité des Syriens est pour le régime actuel. C’est, selon elle, ce qui explique que le président égyptien Morsi a été renversé aussi rapidement alors qu’Assad se maintient en place.
____Fin 2011, dit-elle, elle a commencé à comprendre deux choses. Un, qu’il n’y avait rien de vrai dans les reportages sur l’opposition syrienne qui luttait pour les principes démocratiques. Et deux, que la rébellion a été d’abord initiée par des forces étrangères. Elle rappelle d’ailleurs qu’au début, on les présentait comme des forces non-identifiées avant que soit révélée leur identité quelques mois plus tard.
____Quand la chaîne de télévision Qatarie Al-Jazeera a annoncé au tout début des combats qu’un massacre avait eu lieu dans un quartier de Damas encerclé par l’armée syrienne, elle s’est alors rendue sur place pour constater d’elle-même ce qui s’était passé et a été surprise de découvrir que le reportage était complètement faux. Selon Sœur Agnès-Mariam, quand elle a présenté ses condoléances au prêtre du quartier, il ne comprenait pas de quoi elle parlait.
____En décembre 2011, elle prend la route pour Qusayr, après qu’il ait été fait mention de civils massacrés par l’armée syrienne. A l’hôpital local, on lui présenta 100 corps de civils tués la veille au soir ; toutefois, les témoignages qu’elle recueillît mentionnaient que le massacre avait été perpétré par des gangs étrangers.
____Sœur Agnès-Mariam a la conviction que les victimes sont tout d’abord causées par les combats entre les forces rebelles elles-mêmes. Et dans certains cas, l’armée syrienne collabore avec l’Armée Syrienne Libre contre les étrangers. Selon elle, les étrangers veulent que la loi islamique (Charia) soit appliquée à toutes les sphères de la vie en Syrie. Ils établissent des tribunaux populaires qui exécutent des personnes. Elle cite par exemple le cas de ce juge nommé dans la ville de Saraqib, au Nord, qui n’est ni plus ni moins qu’un réparateur de pneus.
____Ces derniers mois, elle a parcouru Homs, Alep, Qusayr et d’autres villes où des combats avaient eu lieu. De plus, elle a visité des hôpitaux et des foyers dans son travail de collecte de preuves pour l’Organisation Mussalah (Réconciliation) en Syrie. Elle est la fondatrice de la branche internationale de l’Organisation.
____Au cours de la prétendue attaque chimique du 21 août dernier, elle était à Damas. La semaine avant l’attaque, relate-t-elle, un massacre très violent a eu lieu à Latakia au cours duquel au moins 500 civils ont été tués par des organisations appartenant à Al-Qaïda. Pourtant les médias du monde entier ont à peine évoqué cet événement [note : ci-contre, la photo la montre commentant une image que les médias aux ordres ont présentée comme celle d’enfants morts lors de l’attaque aux gaz du 21 août 2013 – il s’agit en réalité d’enfants enlevés par les jihadistes dans la région de Lattaquié, et drogués ou tués pour la photo].
____La Syrie est revenue selon elle à l’ère la plus barbare de son histoire et les médias restent silencieux. Elle est convaincue que Jabhat Al Nusra commet des massacres tant de militaires que de civils et est une menace pour le monde civilisé dans son intégralité, surtout le Liban et Israël. Si le régime Assad est renversé, une dictature de type djihadiste verra le jour en Syrie. Ainsi dit-elle, les Etats-Unis aident Al-Qaïda à se renforcer.
____Sœur Agnès-Mariam pense que les images de la soi-disant attaque chimique du mois dernier étaient fabriquées de toutes pièces. La plupart des civils de cette région ont déjà fui, dit-elle. Alors comment pourrait-il y avoir soudainement des douzaines d’enfants dans le coin ? Cette partie de Damas compte désormais 20 000 combattants venus de Jordanie. Si des armes chimiques avaient été utilisées, elle se demande pourquoi les photos montraient des médecins et des douzaines de personnes présentes tout près de la scène de l’attaque sans masque ni aucune autre forme de protection. Après tout, les armes chimiques seraient dangereuses pour ces personnes également. Lors de la première soi-disant attaque chimique, à Alep – où des armes chimiques acheminées depuis la Turquie ont été utilisées – les médecins n’osaient même pas s’approcher des corps des victimes. Sur les vidéos diffusées au monde entier et qui servent à apporter la preuve sur la plus récente attaque chimique, n’importe qui peut voir des douzaines de personnes debout autour des corps. […]
____Les Etats-Unis ne sont pas concernés par ce qu’il y a de meilleur pour le peuple syrien. Selon elle, ils opèrent en accord avec leurs propres intérêts. Pire encore, elle ne comprend pas pourquoi les Etats-Unis veulent lancer une nouvelle guerre régionale qui aura pour seule conséquence l’émergence d’un régime islamique encore plus cruel. ‘’Pourquoi soutenez-vous (les Occidentaux) une guerre régionale qui profite à l’islam radical ?’’ demande-t-elle. ‘’Pourquoi ?’’
‘’Les Etats-Unis affirment détenir des preuves, mais elles ne sont pas suffisantes. Ils sont parties prenantes au conflit, ils ne peuvent donc être juges. Il est très dangereux lorsqu’une nation essaie d’être le juge et le gendarme du monde. Ce n’est pas la première erreur qu’ils font’’. Ajoute-t-elle. ‘’Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle guerre mensongère’’.
‘’Que peut faire l’Occident ?’’ lui demande-t-on. Elle répond qu’il devrait arrêter d’approvisionner les rebelles en armes. ‘’Ce que fait l’Occident est purement scandaleux’’.

Traduit de l’anglais pour Investig’Action (+ quelques corrections)

Et voici la vidéo de Sr Sara, qui se consacre aux enfants de réfugiés, invitée par CSI :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *