Parutions fin 2020: P. Perrier, Fr. Breynaert, M. Dapsance

Cinq parutions :formation des évangiles : P. Perrier, Les braises de la Révélation ; Fr. Breynaert, Jean, l’évangile en filet /
aspects de l’Islam : Fr. Breynaert, Le messie va revenir ‒ Recueil ; M. Dapsance, Je m’appelais Kaoutar. Des fleuves du paradis à la source vive (biographie) ; F-B Dorfins, L’islam, la religion d’un livre descendu du ciel sur trois déserts ?

Pierre Perrier & Bernard Scherrer, Les Braises de la Révélation, éd. Evangile au Cœur, le 20 novembre 2020 (lib. Decitre par ex.), 25 €, 698 pages.

« Puissent ces braises de la Révélation permettre à leur tour à de nombreux chrétiens francophones, moines, consacrés et simples laïcs, peut-être attiédis, de raviver leur Foi et de transmettre à leur tour ce feu que Notre Seigneur est venu mettre sur la terre, et dont Il voudrait tant qu’il soit toujours brûlant », écrit S.B. Louis Raphael Sako, Patriarche de l’Eglise chaldéenne, dans la préface.

En 2015, L’Evangile de la Miséricorde présentait 25 textes transmis par Luc. Voici maintenant le tissage de 25 textes de Pierre transmis par Marc, et de 25 textes de Jean. Ce témoignage premier à deux voix, restitué en français depuis leur forme orale originale (enregistrements réalisés avec l’aide de l’acteur Gérard Rouzier), formait un ensemble étonnamment riche et cohérent rapportant les 3 ans ½ de la vie de Notre Seigneur comme des braises de foi. Selon les Actes des apôtres en araméen, Pierre et Jean, et après eux Barnabé, Aquélos, Prisquéla et surtout Paul en ont fait le cœur de leur travail d’évangélisation (postface de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, Archevêque d’Avignon).

 

Françoise Breynaert, Le messie va revenir ‒ Recueil, édition des Nouveaux Mondes, le 23 novembre, 9,90 €

Parler aux musulmans du Messie Jésus qui va venir ? Un gouvernement mondial paraît se profiler de plus en plus. Sous les traits de la figure de l’Anti-christ, de nombreuses traditions islamiques en parlent.

Or, de celles-ci, la tradition des évangiles est manifestement la source cohérente première, mais très méconnue en Occident. Que doit-il se passer autour de la manifestation de cet Anti-christ ? Quel rapport avec le Jour du Jugement et ses suites ? Comment s’y préparer ? Les échanges entre musulmans et chrétiens se nourriront des 39 courts articles de ce livre, qui fait redécouvrir cette source méconnue qui parle au cœur.

 

Marion Dapsance, Je m’appelais Kaoutar. Des fleuves du paradis à la source vive, éd. St Léger, novembre 2020, 16 €, 180 pages

Nous connaissions Marion Dapsance, docteur en anthropologie de l’EPHE et ancienne enseignante à l’Université de Columbia (New York) et à la Catho de Paris, par ses recherches sur le bouddhisme moderne (livres ou vidéos), qu’elle a connu de près elle-même.

Son itinéraire était d’abord passé par l’islam, suite aux liens qu’elle avait noués avec de jeunes camarades de classe d’origine maghrébine. Elle ne trouvait plus de réponses existentielles dans le christianisme de son enfance. C’est sa quête spirituelle qui est racontée ici, elle qui se faisait appeler « Kaoutar », du nom d’une sourate évoquant un fleuve du paradis. Elle découvrira que les sources d’eau vive qu’elle cherchait ne se trouvaient que dans le Christ.

 

 de François-Bernard Dorfins, L’islam, la religion d’un livre descendu du ciel sur trois déserts ?, éd. St Honoré, octobre 2020, 19,90 €, 363 pages

Ce livre fait le point sur les découvertes des spécialistes relatives aux véritables origines de l’Islam, loin des légendes islamiques. D’où le classement de ces découvertes en trois domaines, qui correspondent à trois terrains prétendus désertiques : le personnage de Muhammad, un peuple supposé idolâtre donc vierge de toute tradition juive ou chrétienne, et une ville jusque là inconnue, La Mecque.
L’exposé est très didactique et agréable à lire (en plus en grands caractères) et on y trouve de nombreuses citations du Coran que nul ne devrait ignorer. Un outil bien utile donc pour une première découverte.

ET :

Françoise Breynaert, Jean, l’évangile en filet, éd. Parole et Silence, le 8 décembre 2020, 28 €, 460 pages.
Préface de Mgr Thomas Yousif Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk et Sulaymayah (Irak).
Voir ici
.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.