Le Caire, place Maspéro : un massacre planifié – condamnation par le Parlement Européen (2011)

_______Cet article du Bulletin n° 25 a été mis en ligne sur l’insistance de nos amis  coptes qui vivent au quotidien un système religieux dont nos médias tendent à faire la promotion. Tous nous disent que ce qui se passe de plus en plus en Egypte va arriver demain en France. À moins qu’une meilleure connaissance du Christianisme des origines ne permette de mieux comprendre le phénomène qu’est l’Islam – et d’aider les gens à en sortir.

Le Caire, 9 octobre : un massacre des Coptes

[texte du Parlement européen en bas de l’article]

Des précisions nous sont parvenues peu à peu. Non seulement, le massacre des Coptes est bien réel et d’une ampleur bien plus grande que ce qu’on a dit, mais il a été froidement prémédité.

_____Le dimanche 9 octobre au soir, 13 personnes ont été écrasées par les engins blindés de l’armée ; les autres morts ont été tués d’une balle dans la tête ou en plein cœur (de nombreuses vidéos d’amateurs ont fait voir tel ou tel aspect du massacre, dont celle-ci où on entend les coups de feu réguliers et répétés). En tout, il y a eu bien plus que 27 morts et 300 blessés, les militaires auraient jeté un nombre encore inconnu de cadavres dans le Nil. Quant au nombre de blessés, il est inchiffrable – probablement plus de 300 –, les hôpitaux, débordés, ayant connu plusieurs jours de chaos ; l’hôpital copte du Caire, qui recevait de très nombreux blessés, a même été attaqué par une bande d’islamistes, soutenus par l’armée.

— LE CONTEXTE —

_____Il faut rappeler le contexte. Le régime corrompu de Moubarak était déjà un régime sous la coupe des islamistes. Depuis Sadate, dont les relations avec les Frères musulmans étaient très ambiguës et qui fut assassiné par eux, « l’islamisme » est largement présent dans les rangs de l’armée et inspire la politique « d’islamisation » du pays ; le mouvement salafiste, financé par l’Arabie Saoudite, n’a fait qu’empirer la situation. C’est contre ce régime qui fait des Coptes des non-citoyens que les jeunes, coptes et musulmans ensemble, ont manifesté à partir du 25 janvier place Tahrir au Caire. Aucune démocratie ne peut exister sur la mise à l’écart d’une catégorie de citoyens, les privant de droits dans la vie sociale et politique. Or, c’est bien ainsi que les islamistes parlent de « démocratie »: pour eux, les Coptes doivent rester des sous-citoyens. Et depuis février, ce sont deux à trois agressions anti-chrétiennes qui ont eu lieu chaque semaine. En son essence même, le système islamique est fondé sur l’inégalité entre les musulmans, qui, de droit divin, doivent posséder la terre (sourate 7,128 ; 19,40 ; 21,105 ; etc.) et les non-musulmans qui doivent leur être soumis (soumis se disant muslim c’est-à-dire musulman, au sens où les musulmans sont soumis à Dieu et les non-musulmans sont soumis aux soumis afin que se réalise sur terre l’idéal de soumission-Islam voulu par Dieu). Tel est le programme des purs et durs financés par l’Arabie Saoudite, appliquant le Coran à la lettre.

_____Le mardi 4 octobre, les jeunes Coptes du Caire avaient déjà manifesté place Maspéro devant le siège de la télévision à cause des agressions subies par ceux qui travaillaient à la reconstruction, dûment autorisée, d’une église dans le gouvernorat d’Assouan. Cette manifestation s’était dispersée sans incident après que le porte-parole du gouvernement ait promis de régler positivement cette affaire. Les chrétiens se proposèrent néanmoins de revenir le dimanche suivant si le gouvernement ne tenait pas ses engagements. De fait, il n’en avait nulle intention. Le surlendemain, avec la complicité de l’armée, des fanatiques incendiaient l’église en chantier. La manifestation du 9 octobre était donc inévitable. Le samedi 8 après-midi, selon des sources sûres, une réunion gouvernementale impliquant les sinistres services secrets décida de transformer cette protestation en bain de sang, afin de décourager les Coptes. Un candidat à la présidence l’a confirmé à la télévision (article du journal « le 7e jour ») :

_(note : le vendredi 14 octobre,) Le ministre de l'information a arrêté la diffusion de l’émission en direct « Le rêve de l'Egypte » qui a lieu chaque vendredi de 22h à 23h sur la première chaîne publique. L'invité à cette émission était Monsieur Ayman Nour (note : laïc et démocrate, il avait été candidat à la présidence face à Moubarak en 2006, arrêté et mis en prison avant les élections présidentielles et libéré peu avant le début de la révolte contre le régime), candidat à la présidence (cette année). Monsieur Nour parlait des évènements de la place Maspéro, et insistait sur la réalité des faits, dénonçant également la façon dont la télévision égyptienne avait traité les évènements de la place Maspéro (note : par exemple, une journaliste a prétendu : « les coptes tirent sur les militaires).

___Le présentateur de l’émission, Monsieur Atef Kamal, a alors interrompu Monsieur Nour en disant qu’il venait de recevoir un ordre du ministre de l’Information et du président de la  chaîne interdisant l’émission, alors que celle-ci était en direct, et qu’elle serait visionnée par le ministre avant d’être diffusée à l’antenne.
_____La veille de la manifestation, Monsieur Nour avait été invité à l’émission « Studio 27 »; il témoigne y avoir rencontré un photographe, qui lui affirma que « les services secrets étaient en train de se mettre en place sur les lieux de la manifestation, qu’il y aurait beaucoup de coptes, et que les forces de sécurité et l’armée se préparaient, ainsi que des voyous du quartier de Boulaq »”.

— UN CARNAGE PRÉPARÉ —

_____L’idée du traquenard était celle-ci : laisser venir les chrétiens place Maspéro jusqu’aux  lignes de militaires, tandis que les groupes de voyous venus du quartier Boulaq, que des témoins ont vus discuter tranquillement avec les militaires avant la manifestation, attaqueraient les Coptes par derrière. Des snipers de l’armée étaient répartis sur les toits – ce sont eux qui ont tiré méthodiquement, non les soldats au sol ou depuis leurs engins blindés qui, eux, se sont « contentés » respectivement de tabasser à mort des manifestants ou de les écraser avec leurs engins. Ces quelques lignes, tirés d’un article courageux de Marie-Gabrielle Leblanc, précisent plusieurs points :

_Une jeune fille, Viviane, a témoigné : elle supplié les soldats de ne pas achever son fiancé Michael, ce qu’ils ont fait quand même sous ses yeux, ils l’ont rouée de coups de pied alors qu’elle était à terre en la traitant de mécréante et apostate. Les insultes proférées par les militaires étaient religieuses et pas politiques, le Dr Adel [médecin des chiffonniers du Caire] entendait les soldats traiter les chrétiens de « kafara » (mécréants, infidèles) et d’apostats. Pendant ce temps, la radio et la TV mentaient à tour de bras en affirmant que « notre armée se fait massacrer par les voyous Coptes »! 
____Une semaine avant la tragédie, le grand mufti du Caire [note : il s’agit de ‘Ali Gomaa, qui n’est pas dépendant d’El Ahzar], toujours fidèle à sa manière de souffler le chaud et le froid, de dire blanc aux Occidentaux puis noir aux musulmans -il vient de donner au Figaro une interview à faire pleurer dans les chaumières-, a dit à la TV nationale, appuyé par le chef des salafistes, que les Coptes étaient des mécréants et des apostats. Le journaliste lui a demandé: « Alors on va tirer sur eux ? » Il a répondu « Non, mais c’est le Coran qui le dit, nous sommes obligés de dire la vérité, d’ailleurs les chrétiens aussi nous traitent de kafaras» (ce qui est faux, j’en témoigne). Appel au meurtre à peine déguisé …
___Le pire, l’impensable est donc arrivé en Égypte, une armée qui massacre de paisibles compatriotes, hommes, femmes et enfants (de nombreux enfants ont été tués et blessés), et sous les yeux du monde entier, sans que personne ne réagisse à part Benoît XVI.”

_____Aucun doute n’est possible : selon les critères en vigueur, il s’agit d’un crime contre l’humanité caractérisé, programmé par le régime en place en vue de priver de leurs droits une catégorie précise de citoyens – désignés à la discrimination jusque sur leur carte d’identité (qui mentionne la religion). Les complicités de ce crime s’étendent parmi les journalistes, en tout cas chez ceux qui étaient dans les studios de la place Maspéro et qui ont vus tous les préparatifs du massacre et comment il s’est déroulé, sous leurs yeux.

— UN IDÉAL DÉMOCRATIQUE D’ÉGALITÉ —

_____Au temps du système islamisant et corrompu de Moubarak, le régime refusait de traiter avec les représentants politiques des Coptes et n’acceptait de parler qu’avec les Evêques, selon le système d’oppression et de servage multiséculaire appelé « dhimmitude ». C’est contre ce système de ségrégation et de clientélisme que les jeunes s’étaient révoltés. Dans ce système, les chrétiens ne sont autorisés qu’à occuper 2 % des postes, même si, dans tel domaine, ils forment 30 ou 40 % des élèves. Le gouvernement militaire continue la même politique : les 20 et 21 octobre, il a refusé de parler à tout autre qu’à six Evêques coptes, qui étaient pourtant accompagnés de représentants politiques de la Communauté copte. On se croirait revenu au temps du Sultan.

_____Au lieu de tourner le dos, les Evêques ont courbé l’échine et ont accepté de « discuter » avec les criminels… en n’ayant ni la compétence ni le mandat pour représenter la société civile. Ce faisant, ils altéraient ce pour quoi les jeunes se battent depuis le 25 janvier. Beaucoup de Coptes sont aujourd’hui déçus par leur hiérarchie ; un dominicain du Caire déçoit aussi en ce qu’il a écrit soit par absence d’information, soit par attitude de dhimmi : il évoque une « manœuvre maladroite de militaires qui n’ont pas l’expérience de la gestion des manifestations »! Même ce qu’il dit du vice-premier ministre et ministre des finances, Hazem Beblawi est inexact : c’est parce qu’il était dégoûté que cet homme honnête a donné sa démission : “Ma conscience ne me permet pas de rester”, a-t-il déclaré – mais les militaires ont refusé sa démission. À plus de 80 ans, Chenouda III, que le Maréchal Tantaoui est venu voir le 24, ne peut que déplorer la situation. Ce qui manque à l’Egypte aujourd’hui, c’est un Karol Woytila (devenu Jean-Paul II) qui sut mettre en question le système totalitaire qui écrasait son pays et guider la lutte de la société civile, sans se substituer à ses responsables.

_____Une espérance : le vendredi 14 octobre au Caire, 2000 personnes, surtout des musulmans – et il leur fallait être particulièrement courageux !– ont manifesté de la mosquée Al Azhar à la cathédrale Saint-Marc en scandant : « Ce n’est pas une guerre de religions, c’est un complot militaire », « Musulmans et  chrétiens main dans la main », « Nous sommes tous des Mina Daniel » (Copte de 25 ans tué par balle place Maspéro le 9 octobre), ou « Nous sommes tous des Khaled Saïd » (activiste musulman battu à mort par la police d’Hosni Moubarak). Le mal de l’Egypte, c’est le totalitarisme islamiste qui étreint le pays depuis Sadate.

——————————————

Le 27 octobre, le Parlement Européen condamne et menace les autorités égyptiennes pour leur violence contre les Coptes :

____« Le Parlement Européen condamne l’assassinat des Coptes qui protestaient pacifiquement à Maspero, s’attend à une enquête indépendante et transparente pour juger tous les responsables, y compris les médias égyptiens qui ont appelé la population à protéger l’Armée Egyptienne des attaques par les Coptes ;  et exhorte les autorités égyptiennes de libérer les 28 chrétiens et autres personnes arrêtées.

____Le Parlement Européen (PE) prend note de l’annonce par le gouvernement égyptien d’un décret immédiat dans le but de légaliser le statut de lieux de culte chrétien dont les permis de construire sont considérés incomplets ; insiste sur la lutte contre la discrimination et sur la traduction en justice des responsables de la violence contre les Coptes.

_____Le Parlement appelle les autorités égyptiennes à veiller au respect des droits fondamentaux tels que la liberté d’association, de réunion pacifique, d’expression, de religion, de conscience et de pensées, et ceci pour tous les citoyens égyptiens, y compris les Chrétiens coptes. Le Parlement appelle les autorités égyptiennes à assurer une protection adéquate des églises, de mettre un terme à leur destruction par des extrémistes islamiques, et prend note de l’adoption d’un nouveau code pour la construction de lieux de culte.

_____Le Parlement est préoccupé par les enlèvements de jeunes filles coptes qui ont été forcées à se convertir à l’Islam Il exhorte les autorités égyptiennes à mettre fin à la discrimination des chrétiens coptes, par exemple en supprimant la référence à la religion dans tous les documents officiels et d’assurer l’égalité des chances, y compris la représentation dans les forces armées, dans le Parlement et au gouvernement. Il respectera strictement le « code de conduite européen » sur les exportations d’armes, dont l’utilisation contre des civils pacifiques est interdite.

_____Le PE estime que la nouvelle Constitution doit contenir explicitement la protection de tous les droits fondamentaux, y compris la liberté de religion et que toute prévision  constitutionnelle ne laisse aucune possibilité de discrimination de quiconque dans la société égyptienne. Il appelle les autorités à ne pas organiser des élections libres sous un état d’urgence et de mettre un terme à la loi d’urgence avant l’élection

_____Le PE prend note de l’amendement au code pénal qui criminalisera la discrimination fondée sur le sexe, la race, la langue, la religion ou la croyance. Elle appelle les autorités à adopter une loi associative nouvelle selon les normes internationales des droits de l’homme, en consultation avec les ONG et les groupes de droits humains. Elle souligne les droits des femmes et l’importance de leur participation dans le développement démocratique de l’Egypte.

_____Le Parlement Européen appelle à la libération immédiate du blogueur Maikel Sanad ; à mettre un terme sans délai aux procès militaires de civils ;  et à empêcher les actes d’intimidation directe ou indirecte des organisations de la société civile

_____En cas de graves violations des droits humains de tout citoyen en Egypte, des mesures supplémentaires seront adoptées par l’Union européenne.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.