L’ARMÉNlE SOUS DOMlNATlON PERSE (430 – 634)

L’ARMÉNlE SOUS DOMlNATlON PERSE (430 – 634)

Des princes arméniens dirigent l’Arménie sous un gouvernement perse,
extrait de L’Eglise Arménienne n°280, Paris, mai 2019, p.15

par Mgr Joseph Kélékian

Après la perte de son indépendance et la mort du dernier roi arsacide, l’Arménie resta, pendant deux siècles, sous la domination des Perses Sassanides. Au début, le Chah imposa des gouverneurs perses, mais quelque temps après, ce furent des gouverneurs arméniens qui dirigèrent le pays, en laissant une semi-liberté aux maisons princières arméniennes, qui devaient, en cas de guerre, fournir des soldats à l’armée perse. Les plus illustres de ces maisons princières étaient les Mamikonian, qui d’ailleurs allaient assurer la gouvernance pendant toute cette période ; ensuite il y avait les Kamsarakan, Rechtouni, Gnouni, Siuni, Artzrouni et Bagratouni. Ces derniers allaient réussir à restaurer, au 9ème Siècle, le royaume indépendant de l’Arménie, en donnant à la Nation des rois valeureux, jusqu’au milieu du 11ème siècle.

La défense de la foi chrétienne

Cependant 20 ans à peine après cette période relativement pacifique, Yazdgard II, le roi des Perses, ordonna par un décret édité en 449 que tous ses sujets devaient adopter une seule religion, le zoroastrisme ou mazdéisme, c’est-à-dire l’adoration du feu sacré et la croyance en deux dieux, le dieu du bien et celui du mal. Pour tout le peuple arménien, converti au christianisme un siècle et demi auparavant, ce fut un coup dur. Les évêques d’Arménie, réunis à Ashtichat en 450, prirent la décision de ne pas renier leur foi et de s’opposer à ce décret.

La bataille d’Avaraïr (451) – St Vartan et ses compagnons

Dans un sursaut de fidélité à la religion chrétienne, le général des armées arméniennes, Vartan Marnikonian, réussit à rassembler autour de lui la grande majorité des princes et de leurs armées, à l’exception de Vassak Siuni et de ses partisans, qui avaient accepté d’obéir au roi perse ; il organisa alors la rébellion. Le 26 mai 451, eut lieu la bataille décisive entre l’armée arménienne, composée de 66.000 soldats et l’armée impériale perse, composée de 300.000 soldats et des éléphants d’assaut, sur le champ d’Avaraïr, au sud de l’Arménie. Durant cette bataille inégale, Vartan et huit de ses généraux tombèrent sur le champ de bataille, ainsi que 1036 soldats, selon les précisions de l’historien contemporain des faits, Yéghiché. Les Arméniens durent capituler, mais Yazdgard II, impressionné par la résistance de tout un peuple au projet de conversion à la religion mazdéenne, enseigné par Zarathoustra, renonça momentanément à l’application de son décret, au moins à l’encontre du peuple arménien.

Persécutions du temps du roi Péroz Ier (458-488)

En 458, à la mort du roi Yazdgard II, lui succéda un de ses fils, Péroz, qui essaya de reprendre le projet de son père de convertir les Arméniens au mazdéisme, mais il trouva devant lui un autre héros arménien, le propre neveu de Vartan, Vahan Marnikonian. Celui-ci réussit, par de petites batailles rangées, dans différents endroits du pays, à arrêter l’avancée des troupes perses, jusqu’à la mort de Péroz, en 484.

Son successeur, Vagharch, voulut mettre un terme à ces guerres et, comme il avait besoin des troupes arméniennes, durant ses guerres du Khorassan, il invita Vahan à signer un traité de paix, à Nevarsak, près de la Ville de Khoy, en Perse.

Le traité de Nevarsak (485)

En 485, les Perses et les Arméniens signèrent un traité, qui stipulait que les Perses respecteraient désormais les convictions religieuses des Arméniens, qui auraient donc la liberté de conscience de pratiquer la religion chrétienne, mais à condition qu’ils restent des sujets fidèles à l’empire perse. En même temps, Vahan Mamikonian devenait Marzpan, c’est-à-dire gouverneur d’Arménie.

Pour la première fois dans l’histoire a été signé un traité qui garantissait la liberté de conscience.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.