Islam, messianismes et christianisme des origines

____Les chrétiens forment aujourd’hui le groupe humain qui est le plus persécuté dans le monde, et depuis de nombreuses années. Face à cette situation aux conséquences souvent dramatiques, l’indifférence, voire la complicité de certains, fait penser à celle qui prévalait lors des grandes persécutions communistes, dont les victimes se sont comptées par dizaines de millions. Il est vrai que la spécificité de ces persécutions (ayant pour but de détruire la foi et l’Eglise) était souvent dissimulée, mais c’est le rôle et l’honneur des journalistes d’investigation de la comprendre. De nos jours, la plus grosse partie des persécutions est le fait de groupes et de pouvoirs islamiques, et il ne se passe plus une semaine sans qu’il y ait des assassinats ou des massacres de chrétiens.

____À ce point de vue-là, l’Eglise et la société sont peu menacée actuellement : comme l’explique un spécialiste du renseignement, les organisations islamistes ont trop à perdre à pratiquer le terrorisme et tout à gagner à ne pas y recourir. Certes, il y a des groupes « hors contrôle » et d’autres qui sont manipulés par des services d’Etat étrangers, mais le défi est ailleurs. Il existe des formes de pression qui ne recourent pas au terrorisme sanglant. On s’en inquiète jusqu’en Algérie – voici ce qu’écrivait Le Soir d’Algérie du 01/02/2010 après la victoire de l’équipe de football nationale au tournoi africain : manu militari de sa mosquée par des jeunes fondamentalistes, ce n’est pas nouveau. Sauf que cela se passe aujourd’hui en France, un pays laïque, enlisé dans des débats byzantins sur les nuisances du voile intégral. Un débat qui étouffe les voix de ceux qui continuent à s’égosiller, en vain : Attention, c’est comme ça que tout a commencé en Algérie !»

____L’auteur fait allusion à la guerre civile (1992-2002) qui a fait entre 150 000 et 200 000 morts. Il constate que les musulmans se « stigmatisent » eux-mêmes à cause d’une minorité qui cherche à les encadrer, et lui-même s’indigne : où est la majorité silencieuse ? Ou alors, parmi les jeunes, une partie significative serait-elle déjà passée au fanatisme ? Le laïcisme qui est au pouvoir en France ne devrait-il pas faire le tri entre les gens qui veulent vivre en paix dans la société française et les « groupes religieux fanatiques » qui veulent faire disparaître cette société ? Justement, ce laïcisme ne le peut ni ne le veut. Il n’en est même pas à reconnaître que le christianisme est une religion qui prône le service mutuel et la coexistence, tandis que l’Islam, appuyé par le Coran, prône un système de prise de pouvoir qui implique, qu’on le veuille ou non, l’élimination des « ennemis de Dieu » (et Dieu, dans le Coran, est dit ne pas aimer beaucoup de gens et en vouer des catégories entières à l’Enfer).

____Le facteur « islamique » serait un facteur mineur, ne concernant qu’une part très limitée des jeunes, s’il ne se surajoutait à des problèmes humains en les tendant à les rendre explosifs. Les musulmans d’un certain âge n’ont guère eu de problème d’identité. Il en va autrement des jeunes, déçus par une école « laïque » qui ne transmet plus ni identité ni valeur, et qui sont déroutés par un monde dominé par des structures d’argent. Or, leur identité « française » ne joue pas suffisamment dans une société qui fonctionne de manière souvent « clanique », où le sentiment d’appartenance et l’amitié sociale est dilué par l’individualisme, et où l’arrivée continue d’immigrés, dont une partie est musulmane, déstabilise ceux qui sont là depuis longtemps (la loi des nombres joue ici un rôle déterminant). Ainsi, faute d’identité, ils se tournent nombreux vers le Coran – en tout cas, davantage que leurs parents. Ces derniers sont alors en porte à faux vis-à-vis de leurs jeunes, attirés par les organisations islamistes.

____Il existe donc un défi spécifique islamiste en France et en Europe, sans qu’il existe rien de comparable avec d’autres groupes immigrés (dont une partie non négligeable est chrétienne, il ne faut pas l’oublier). Loin de prôner l’intégration, les mouvements islamiques tels que l’UOIF voient les immigrés musulmans comme hier les marxistes voyaient le « prolétariat », c’est-à-dire comme une masse de manœuvre en vue de réaliser leur objectif de changer la société et d’imposer leurs normes – au nom de Dieu. Leur discours politico-religieux prétend détenir la clef d’un monde renouvelé, et un tel projet justifie à l’avance toutes les actions possibles si la Cause l’exige. Ce « messianisme » islamique n’est pas sans rappeler aux plus âgés celui qui enflammaient la jeunesse prolétaire (et autre) en Europe dans les années 50-80.

____Face à ces projets de Salut du monde, il faut bien constater que l’Eglise, spécialement latine, n’a pas apporté les réponses radicales qui auraient été nécessaires, essentiellement parce qu’elle n’a pas pris conscience du fait que ces « messianismes » étaient dérivés du sens de l’histoire révélé d’abord par la Révélation judéo-chrétienne elle-même. Cette cécité s’explique sans doute par l’influence prédominante des traditions moralisatrices, qui ne disposent pas du tout à comprendre les messianismes – au contraire (cf. étude sur l’impasse de l’augustinisme ou pdf).

____Les réponses existent, mais il faut les trouver en retournant aux sources, vers le christianisme des origines, d’où précisément toutes les dérives messianistes sont parties – une seule d’abord qui a fait ensuite beaucoup de « petits », parmi lesquels l’Islam est un héritier non pas indirect (comme le marxisme, à travers de nombreux avatars), mais historiquement direct. Trop peu perçoivent ces enjeux, ou alors parfois dans un carcan influencé par le laïcisme : en méconnaissant le christianisme des Apôtres et en s’interdisant d’investiguer les origines d’un Islam (qui se présente comme venu de Dieu !), on ne peut rien comprendre, donc rien entreprendre pour l’avenir. Rien de bon ne se construit sur un passé méconnu ou tronqué. Heureusement, l’inverse est vrai aussi.

EMG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *