Iran 2011: chasse aux opposants et aux chrétiens

IRAN : feu vert pour la chasse aux chrétiens ?

_____Saman Kamvar, directeur de l’Agence de presse chrétienne iranienne, attribue les raids intensifiés contre les Chrétiens aux commentaires faits en décembre 2010 par le guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, qui dénonçait la croissance des « églises-maisons »: « À mon avis, ces commentaires ont servi de feu vert aux autorités pour agir contre les chrétiens », a dit Saman Kamvar, aujourd’hui réfugié au Canada.

_____Depuis Noël, environ 70 Chrétiens ont été arrêtés. Parmi les minorités religieuses, la petite communauté chrétienne se réunit dans des résidences privées pour la lecture de la Bible et les prières, hors de l’étroite surveillance qu’exercent les autorités islamiques dans les églises officielles, faisant ainsi partie d’un large mouvement d’ « Eglises-maisons » (qui s’étend jusqu’en Chine et en Indonésie). Elle ne reste pas moins en danger, étant considérée par l’Etat comme des groupes potentiels d’opposition politique et de prosélytisme chrétien, violant ainsi la loi d’apostasie – loi commune dans tout le monde musulman, et qui alimente souvent la violence fanatique.

_____Dans le passé, les autorités ont organisé des arrestations chez les chrétiens et les autres minorités religieuses, mais ces derniers temps ces arrestations sont plus nombreuses et plus coordonnées. La vague d’arrestations a commencé le matin de Noël et depuis lors, les sites Web d’opposition ont annoncé 70 Chrétiens arrêtés, y compris ceux considérés comme des pasteurs dans le mouvement d’églises-maisons. De fait, on a entendu le gouverneur de Téhéran, Morteza Tamadon, décrire les Chrétiens comme “missionnaires de ligne dure” qui se sont “insérés dans l’Islam comme des parasites” (selon l’Agence de presse officielle de la République islamique) ; il suggère que les Chrétiens ont les liens avec la Grande-Bretagne, ce qui est une accusation utilisée contre les groupes d’opposants politiques en Iran.

_____Selon Flor Brading, chercheur à Christian Solidarity, « L’utilisation du mot “missionnaire” à la place “d’évangélique” est intentionnel de la part du gouvernement. En tant qu’évangélique, les chrétiens sont un groupe ayant le droit de pratiquer leur foi. En tant que missionnaire, ils deviennent ennemis de l’état en voulant corrompre le peuple. » Les autorités iraniennes optent pour des charges politiques plutôt que des allégations religieuses, afin d’éviter un possible tollé international : l’Iran est déjà sous la pression internationale à cause de la mort par lapidation d’une femme iranienne reconnue coupable d’adultère, et à cause de son programme nucléaire, et le 1er février, l’exécution d’une Hollandaise d’origine iranienne qui avait été arrêtée parmi ceux qui, en 2009, avaient manifesté contre le régime. Par ailleurs, la condamnation à 11 et 4 ans de prison de militantes des droits de l’homme – respectivement l’avocate Nasrin Soutoudeh et Shiva Nazar-Ahari condamnée de plus à 74 coups de fouet – a provoqué des protestations internationales, dont celle de la France.

_____Le procès des responsables de l’Eglise d’Iran (évangélique : pasteur Khanjani, Mehdi Furutan, Parviz Khalaj, Mohammad Beliad ainsi que son épouse Nazly Makarian) qui aurait dû avoir lieu le 5 février 2011 à Chiraz a été reporté sine die. La détention en garde à vue est prolongée de deux mois, fait inouï dans les annales de la justice iranienne, manifestement en vue de fabriquer des preuves susceptibles d’appuyer l’inculpation du pasteur Khanjani. Les motifs retenus par le tribunal révolutionnaire du Fars à savoir l’apostasie, l’atteinte à la sûreté de l’État, les liens avec l’opposition, ainsi que le blasphème, apparaissent peu crédibles aux yeux de l’opinion publique. Selon des sources sur le terrain, les Renseignements travailleraient actuellement à construire un dossier plus compromettant contre le pasteur Khanjani.

_____« Le plus inquiétant concernant cette nouvelle vague d’arrestations, c’est que l’Iran continue sur sa nouvelle lancée de viser des chrétiens, ainsi que des leaders reconnus et protégés de la communauté arménienne chrétienne », a dit Leonard Leo, le président de la Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale, un comité consultatif gouvernemental indépendant. Au-delà, du procès des responsables de l’Église d’Iran, la République Islamique lance, fait désormais le procès de la foi chrétienne.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.