Fête de Saint Marc

Fête de Saint Marc, le 25 avril /
le 8 mai selon le calendrier julien (orthodoxe)

_       Selon des traditions coptes, le jeune Jean devenu Jean-Marc (du latin « Marcus/Mars », « chef de guerre », guerre spirituelle mise au service du Seigneur) travaillait dans l’entreprise de parfumerie de Lazare ; c’est par à coups qu’il suivit Jésus, sauf quand il était à Jérusalem. Son futur travail d’assistance lui vaudra d’être assimilé aux 72 disciples et plus tard même aux apôtres. Sa connaissance du latin et du grec était utile au commerce et a aidé Pierre à Rome. Il mit par écrit son témoignage (aide-mémoire) suivant l’usage liturgique liturgique qui en était fait : c’est « l’Evangile selon saint Marc ». En 59, Pierre l’envoie en Egypte afin d’organiser et de rassembler les communautés chrétiennes déjà actives depuis trente ans et qui ont vu passer plusieurs Apôtres et de nombreux disciples.

____Fortement hellénisée depuis Alexandre, occupée par les Romains, l’Egypte comptait de nombreuses communautés hébraïques, spécialement à Alexandrie : sur les 600 000 habitants (au moins) de la ville, un tiers était constitué d’Hébreux.  C’était la ville la plus importante après Rome et la capitale culturelle du monde hellénistique à même de supplanter Athènes. Sa bibliothèque était la plus renommée du monde et contenait plus d’un demi-million de manuscrits (grecs, égyptiens, araméens, hébreux…).

_____Hormis pour des raisons commerciales, on ne sait pas pourquoi tant d’Hébreux vivaient là. Quatre cents ans plus tôt, un clash entre l’armée égyptienne et la légion hébraïque (au service du Pharaon) avait eu lieu dans le sud de l’Egypte, aboutissant au départ des hébreux vers le sud, qui abandonnèrent le Temple d’Eléphantine (on dit que l’Arche d’Alliance, sauvée de Jérusalem lors de l’invasion babylonienne, y avait séjourné un siècle et demi avant d’être alors emportée vers l’Ethiopie – à Axoum – où elle se trouverait toujours). À l’époque pré-romaine, un autre Temple concurrençant celui de Jérusalem avait été établi à Léontopolis près du Caire (les Romains finirent par le détruire à la suite de la 2e « guerre juive »). Alexandrie était un port très actif ; même Paul y fit escale (Actes 27,6 et 28,11) en se dirigeant vers Rome. Auguste César refusa aux Alexandrins d’avoir un sénat similaire à ceux qui se trouvaient dans les villes autonomes de Grèce. En revanche, il laissa aux Hébreux leurs anciens privilèges comme celui d’organiser leurs affaires religieuses. Les Alexandrins considérèrent donc les hébreux comme des alliés des romains, ce qui constitua peut-être l’une des racines de la guerre civile qui ensanglanta la ville au 2e siècle.

_____La foi en Notre Seigneur est apparue dans le milieux alexandrins à la suite de la Pentecôte, par ceux qui revenaient d’avoir célébré la Pâques de l’an 30 à Jérusalem. Il faut ajouter l’influence locale des habitants de Babeljun, aujourd’hui dans la ville du Caire, qui avaient accueilli la Sainte Famille (durant huit années selon les traditions coptes) et qui furent bientôt à l’origine du petit évêché de l’endroit. Mais c’est Jean-Marc qui fut le véritable organisateur de l’Eglise en Egypte, à Alexandrie.

_____Selon les traditions coptes, ses parents agriculteurs auraient émigré à Cana en provenance de Pentapolis en Libye. Après le départ de Notre Seigneur, il se joint à Pierre dans un premier périple d’évangélisation en Judée, puis rejoint Paul et Barnabé à Chypre puis en Asie Mineure, puis il participe à l’évangélisation de Chypre sans Paul. Il retrouve celui-ci prisonnier à Rome où Pierre dirige six communautés judéochrétiennes.  Il accompagne Pierre à travers Rome en étant son secrétaire. Il reçoit de lui une mission en Libye (son pays de naissance) puis, en 59,  en Egypte. Il ordonne plusieurs évêques dont Inianos, son successeur. Il évangélise aussi la Libye, à travers deux missions, ordonnant prêtres et évêques. Il aurait adapté la liturgie de la Parole (du samedi soir) en grec et en copte en plus de l’araméen, et traduit la Didachè ou Enseignement des Apôtres en grec.

_____En 68, des païens jaloux et furieux de voir leurs temples délaissés par leurs fidèles, s’emparent de Marc, lui mettent une corde autour du cou et le traînent dans toute la ville. Marc est mis en prison puis libéré par l’archange Michel puis à nouveau attrapé et traîné. Il est mis à mort (peu après Pierre en juin 67) et enterré dans la grotte où il avait l’habitude de prier aux abords du petit port de Bucoles, près d’ Alexandrie. Une chapelle est bâtie à cet endroit.

_____Entre 815 et 828, son corps est volé par les Vénitiens qui cherchaient un nouveau protecteur céleste pour glorifier le statut de leur ville et qui construisirent pour lui la basilique Saint Marc. En 1968, Paul VI le restitue. Une cathédrale Saint Marc est alors construite au Caire. St Marc continue d’être le protecteur du peuple copte qui traverse tant d’épreuves ; le calendrier copte est fondé d’ailleurs sur l’année la plus terrible de la persécution de Dioclétien, en 284.

_____Pour aider les Coptes, un grand concert est organisé samedi 25 mai, à 20h30, en l’église Saint Ferdinand des Ternes (27 rue d’Armaillé 75 017), avec le choeur et l’orchestre St-Kyrel (luth, cithare, flûte orientale entre autres) : LE MESSIE, la vie du Christ à travers les plus beaux chants anciens des Coptes d’Egypte (répertoire copte et grec des premiers siècles du christianisme, certaines mélodies remontant à l’Egypte pharaonique). Billets sur place ou sur le site www.leconcertcopte.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.