Les miracles: en parler aujourd’hui?

PNR Enquete sur les miraclesEnquête sur les miracles.

Pour la nouvelle évangélisation – éd. du Jubilé, 2015 – Préface de Mgr Dominique Rey

Les auteurs :
Nicolas Celoro, Pianiste et compositeur (www.nicolasceloro.net)
Lucien Daly, Ancien Directeur de recherche au CNRS et Chargé de cours à l’Université Paris 6
Jean-François Froger, Exégète et chercheur en anthropologie biblique
Edouard-Marie Gallez, Théologien spécialiste des origines chrétiennes et des post-christianismes.
André Girard, Ancien directeur de recherche en Physique à l’Office National de Recherches Aérospatiales
Jean-François Lambert, Maître de conférences en psychophysiologie de l’Université de Paris 7. Président de l’Université inter disciplinaire de Paris (UIP)
Dominique Laplane, Neurologue. Ancien chef de service à la Pitié Salpêtrière, Professeur honoraire à l’Université Paris 6.
Jean-Michel Olivereau, Professeur honoraire de neurosciences et de psychologie à l’Université Paris-Descartes. Enseignant au Studium de l’Abbaye de Sept-Fons.
Pierre Perrier, Membre correspondant de l’Académie des sciences et membre fondateur de l’Académie des technologies.
Yvon Pinson, Prieur de France de la Militia Sanctae Mariae (fondation de Dom Lafond)
Didier Rance, diacre, historien, ancien Directeur pour la France de l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED)
Dominique Tisserand, Secrétaire du Projet Nouveau Regard (PNR)
Patrick Theillier, Docteur en médecine, Ancien responsable du Bureau Médical des Sanctuaires de Lourdes
Jacques Vauthier, mathématicien, ancien directeur de l’unité de formation et de recherche de mathématiques

Ce livre est l’aboutissement de deux années d’enquêtes, de réflexions, d’échanges, de confrontations et d’analyses sur les miracles au sein d’un groupe de scientifiques et d’intellectuels rassemblés dans le cadre du Projet Nouveau Regard. Le plan du livre se présente sous la forme d’une enquête de police, allant du plus simple au plus complexe.
La première partie présente les faits. La deuxième partie les analyse, teste leur fiabilité, leur donne une définition plus moderne sans références religieuses. La troisième partie approfondit l’analyse et accueille les controverses. Enfin, la quatrième partie traite des conséquences métaphysiques et théologiques.

Au cours de ces pages le lecteur pourra ainsi prendre conscience :
– Que le point le plus important pour la compréhension des miracles est d’abord de comprendre que la science a des limites qu’il importe de bien définir. L’épistémologie moderne doit reconnaître que le scientisme est une vision incomplète de la science.
– Que la trop grande prudence de l’Église face à ces miracles se justifiait jusqu’à présent par cette mauvaise compréhension des limites de la science, incompréhension entretenue encore par un trop grand nombre de scientifiques.
– Que dans bien des milieux scientifiques ou ceux qui s’y réfèrent, la question des miracles reste un sujet tabou sauf lorsqu’il est question d’en dénaturer l’origine. Ceci explique bien la mauvaise définition lexicale actuelle du miracle.
– Que les miracles ne se sont produits, à toutes les époques ainsi qu’en nombre et en complexité, que dans la tradition chrétienne, réalité dont les conséquences sont difficilement contournables.
– Que, comme dans une enquête de police, il est normal de faire appel à la science pour accroître la fiabilité des faits décrits par les témoins à la barre. De la même façon, on comprend aussi qu’il serait stupide de récuser l’expertise scientifique sous prétexte que les faits ne sont pas toujours renouvelables.

Un regard moderne sur un phénomène souvent récusé dans l’Eglise au moment même où l’opinion se passionne pour le merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *