Chrétientés oubliées d’Asie : Afghanistan

Le christianisme en Afghanistan médiéval

L’association « Textes sacrés » a publié des documents qui mettent en lumière les principales étapes de la propagation du christianisme en Afghanistan moderne. Vu l’intérêt de nos lecteurs pour ce numéro, nous avons jugé nécessaire de le publier sur notre site (voir « source » infra).

Carte politique de l’Afghanistan moderne

Les preuves du christianisme en Afghanistan ne sont ni très significatives ni fragmentées. Selon des sources, les principaux centres de diffusion du christianisme se trouvaient dans l’ouest et le nord de l’Afghanistan. Le christianisme en Afghanistan a été prêché par les Syriens, qui appartenaient à l’église nestorienne de l’Est et à l’église syriaque (« miaphisite »). Au début du 14ème siècle, le christianisme en Afghanistan disparaît.

L’Afghanistan correspond à peu près à l’ancienne Bactriane [Grec Βακτρία, Βακτριανή], une ancienne région historique et culturelle située au centre de l’Amou-Daria, limitée au nord à la chaîne de Gissar, au sud – aux montagnes de l’Hindu Kush (territoires du sud de l’Ouzbékistan, du sud du Tadjikistan, du nord de l’Afghanistan et du sud-est du Turkménistan). La capitale de la Bactriane était la ville de Bactra (Balkh moderne dans le nord de l’Afghanistan). Après la conquête au IIème siècle avant notre ère, on parle de Bactria Toharas, un peuple nomade indo-européen, et le pays a un deuxième nom : Tokharistan. Les Bactriens sont l’un des ancêtres des Tadjiks et des Ouzbeks modernes, qui habitent également le nord de l’Afghanistan.

L’Asie centrale au début du Moyen Âge : l’empire byzantin, l’Iran sassanien et le pouvoir des Huns Blancs (Ephtalites). La carte montre la métropole chrétienne et l’archevêché des orthodoxes, des « myaphisites » et des nestoriens.

Le plus ancien rapport sur la diffusion du christianisme en Bactriane est contenu dans le livre « Le livre des lois du pays » écrit au début par Bardesane d’Edesse (ou par son disciple Philippe) au IIIème siècle.
Sur le territoire de Badhyz (entre Herat et Mervarud, dans la région de la frontière moderne entre l’Afghanistan et le Turkménistan), comme le dit la Chronique de Seert, au Vème siècle, le Shah Kavad persan s’est enfui chez les « Turcs » et ce sont les chrétiens qui l’ont aidé tout au long du chemin.

Au IVème siècle les tribus des Huns Blancs ou des Ephtalites envahissant le nord créent un vaste État en Afghanistan, en Asie centrale et en Inde du Nord. Au VIème siècle, les chrétiens déportés par les Perses de certaines villes syriennes ont été transférés dans les Hett-Ephtalites et installés à Bactria. Ils ont répandu la doctrine chrétienne parmi les Huns. Les évêques d’Arménie sont venus à plusieurs reprises, mais les chrétiens de la région, en 549, ont demandé à l’évêque du patriarche nestorien, Mar Aba (540–552), qui, comme il le dit dans sa biographie, en était très heureux. Cosmas Indicopleustès, relatant dans la «Topographie chrétienne» à propos des Huns chrétiens (III 65), aurait apparemment pensé à cet événement.

Citadelle de Hérat, Afghanistan

Sur le territoire de Termez, on a fouillé un bâtiment (X-XIIèmes siècles) qui a dû appartenir à la communauté chrétienne, car son décor pittoresque contient une grande image de la croix (G.A. Koshelenko. Bactria / Encyclopédie Orthodoxe. Volume 4. M., 2002. 278 – Herat).

Hérat est l’une des villes les plus peuplées et les plus peuplées d’Afghanistan, située dans la partie nord-ouest du pays, au centre de la province du même nom. Dans l’Antiquité – un important centre de commerce de caravanes sur la Grande Route de la Soie. Dans l’empire, Alexandre le Grand s’appelait Alexandria Ariana. Hérat était une ville importante sous les Sassanides et à l’époque du califat arabe.

Déjà au Vème siècle, une circonscription épiscopale de l’Église d’Orient a été créée à Herat (les noms des 3 évêques qui y ont servi à cette époque sont connus, ils étaient présents aux conciles de 424, 486 et 497 – voir Synodicon Orientale ou Recueil des Synodes nestoriens, p. 339-343). Sous le patriarcat du catholikos nestorien Ishoyab Ier (582-595), l’évêque de Herat fut élevé au rang de métropolite (selon la signature sous la décision du Concile de 585). Le métropolite de Herat occupa plus tard la 9e place sur la liste des métropolitains de l’Église de l’Est (selon Elie de Damas – vers 900 de notre ère), ou le 3e rang parmi les « métropolitains extérieurs » (Assemani. BO. T. 2. P. 458-460). Les noms des trois métropolites qui ont servi ici au VIIIème siècle sont connus et parfois mentionnés plus tard, jusqu’au début du XIVème siècle.

Au VIIème siècle, à Herat, la circonscription épiscopale de l’église syro-jacobite était créée. De la lettre du catholikos nestorien Thimothée Ier au métropolite d’Elam (sud-ouest de l’Iran moderne) Sergius (fin du VIIIème-début du IXème siècle), il est connu des conflits théologiques entre les jacobites et les Nestoriens dans cette ville. À partir de IXème siècle, l’évêque jacobite a reçu le rang de métropolite. Une liste presque complète des métropolitains de cette église est connue jusqu’au XIème siècle.

En 1339, Hamd Alla al-Mustavafi a parlé de l’église chrétienne, « qui était autrefois ici » (dans la banlieue de Herat). Dans la petite ville de Puschang (Fushang), au sud de Herat, il y avait aussi une chaire d’évêque (nestorien), mentionnée dans les sources du VIe siècle (un représentant de l’évêque était présent au conseil de 585).

Sistan (l’ancien Sakastan, Sejestan pour des auteurs musulmans) est une région historique et culturelle, actuellement divisée entre l’Iran et l’Afghanistan. Le nom « Sakastan » (« pays des Saks ») se répand progressivement avec l’arrivée au nord de tribus nomades iraniennes de Saks au IIème siècle.

La première circonscription épiscopale de l’Église d’Orient a été créée ici au début du IVème siècle (l’évêque de Sakastan était présent au concile de 424). Quelques informations sur les évêques de Saèmekastan sont disponibles plus tard dans les lettres du Catholikos Mar Aba I (les villes de Bust, Zaranj et quelques autres sont mentionnées) (Synodicon Orientale. P. 339-343). Plus tard, principalement sacrés en Afghanistan, étaient principalement jacobites, en Iran – Nestoriens. Néanmoins, il y avait 1 ou 2 circonscriptions épiscopales de l’Église d’Orient, la dernière mention fiable datant de la première partie du VIIIème siècle.

L’histoire de l’église syro-jacobite de Sakastan était plus longue. Les Jacobites ont été réinstallés ici à partir d’Edesse, après que les Perses eurent pris la ville en 609. En outre, les Jacobites constituaient une partie importante des marchands syriens installés ici, comme le rapporte la Chronique de Séért (Ed. Et trad. A. Scher // PO T. 5. Fasc. 2). Les jacobites étaient sous la juridiction du patriarche d’Antioche, qui a créé cet évêché au VIIème siècle. La liste des évêques jacobites remonte à l’époque de la conquête mongole, après quoi il n’y avait aucune information sur le christianisme dans cette région.

BIBLIOGRAPHIE

1.Synodicon Orientale ou Recueil de Synodes Nestorien / Ed. et trad. J. B. Chabot. P., 1902;

2. Histoire Nestorienne (Chronique de Séért) / Ed. et trad. A. Scher // PO. T. 5. Fasc. 2;

3. Bidawid R. J. Les lettres du Patriarche Nestorien Timothée I. Vatican City, 1956;

4. The Book of the Lows of Countries: Dialogue on the Fate of Bardoisan of Edessa / Transl. and ed. H. J. W. Drijvers. Assen, 1965;

5. Cosmas Indicopleustès. Topographie chrétienne / Ed. et trad. W. Wolska-Conus. P., 1968—1973. Vol. 1-3.

6.Assemani. BO — Assemani J. S. Bibliotheca Orientalis. R., 1719—1728. 4 t.

7. PO — Patrologia Orientalis / Ed. R. Graffin, F. Nau. P, 1907—. T. 1—.

Sourcehttp://acoe.ru/2019/08/26/hristianstvo-v-srednevekovom-afganistane .

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.