Bethsaïda, village de Pierre, André et Philippe

Où se trouve Bethsaïda, le village des apôtres Pierre, André et Philippe ? Nouveaux éléments de recherche

Début août 2017, la localisation de la petite ville de Behtsaïda semble avoir avancé sur la rive nord du lac de Tibériade, non loin de Capharnaüm et de Chorozaïn.

Bethsaïda est souvent mentionnée dans les Évangiles. Elle est le lieu de naissance d’au moins trois des douze apôtres : Philippe, et les frères André et Simon-Pierre (Jn 1,44). Là, Jésus guérit un aveugle (Mc 8,22-26). Philippe et André sont encore à l’avant-scène (Jn 6,1-15) lors d’une multiplication des pains qui eut lieu dans le voisinage de Bethsaïde (Lc 9,10).

Au temps de Jésus, Bethsaïda est en plein développement. Le roi Philippe, fils d’Hérode, l’élève au rang de ville. Il décide de l’appeler Julias, nom d’une fille de l’empereur Auguste. Un décret la désigne comme lieu de sa sépulture. En l’an 66-67, Bethsaïde est le théâtre de l’une des grandes batailles des Juifs contre l’empereur romain Vespasien. Nous devons à l’historien Flavius Josèphe une histoire fort détaillée de cette ville.

Il y a plusieurs années que deux sites proches paraissaient les plus plausibles, là où le Jourdain entre dans le lac : El-Aradj, quasiment au bord et Et-Tell, à 2 km en retrait.

Le second site avait été privilégié quoiqu’on n’y ait pas trouvé de céramique du 1er siècle ; on avait mis cependant au jour un grand bâtiment fait d’une cour centrale dallée et de petites salles qui l’entourent – ce qui faisait penser à Julias. Et on y avait retrouvé quelques petits outils en rapport avec la pêche, ainsi que ce cachet où l’on peut deviner un bateau attaché à un roseau (reconnaissable à ses très larges feuilles) et dans le bateau un pêcheur lançant une sorte de petit filet conique.

sceau

Suite à la campagne de fouilles de cet été, le lieu de El-Aradj paraît être le vrai site de Julias-Behsaïda, selon les conclusions rendues publiques par des scientifiques de l’Institut de Kinneret pour l’archéologie galiléenne (faculté de Kinneret en Israël) et de la faculté de Nyack (New York).

Ces fouilles révèlent que le lieu a bien été habité durant la période romaine, indique le New York Post ; par exemple, une trentaine de monnaies ont été trouvées sous le sol d’une structure byzantine, ce qui permet de la dater autour du 5e siècle après Jésus-Christ. Et sous le niveau de la construction byzantine, ont été découvertes des poteries romaines datées des 1er au 3e siècle après J-C, et en particulier des deniers d’argent de l’empereur Néron des années 65-66.
Deux mètres sous le sol byzantin, les foullieurs ont mis au jour une surface de mosaïque noire et blanche présentant les caractéristiques typiques d’une salle de bain romaine : une telle installation est impensable s’il ne s’agit pas là d’un reste de la cité de Julias. Comme le Jourdain a déposé là de nombreuses couches d’alluvions, il faudra que les recherches « se renouvellent durant cinq autres saisons », estime Steven Notley. Prochain épisode en juin 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *